Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les initiatives prises pour stimuler l’essor des start-up n’ont eu que des impacts limités

La frilosité des parties prenantes et l’amalgame entre une entreprise classique et une start-up persistent au Maroc, selon le CMC


Alain Bouithy
Vendredi 22 Avril 2022

Les initiatives prises pour stimuler l’essor des start-up n’ont eu que des impacts limités
Les nombreuses initiatives annoncées pour accompagner le développement des start-up n’auraient eu qu’un effet limité, si l’on en croit le Centre marocain de conjoncture (CMC).

«Même conçues déjà pour stimuler l’essor des start-up», toutes ces initiatives dont certaines ont même été mises en place «n’ont eu que des impacts limités», a estimé l’observateur privé de l’économie marocaine dans sa dernière publication mensuelle «Maroc conjoncture» (mars, N°344).

Pour le Centre spécialisé dans l’analyse et le suivi de la conjoncture au Maroc, le problème trouve sa source dans la frilosité des parties prenantes et l’amalgame encore persistant entre une entreprise classique et une start-up.

La confusion est telle que la start-up fait aujourd’hui face à une pluralité des difficultés que le CMC relève dans un article intitulé «La start-up au Maroc. Quelle politique de développement».

Sur le plan juridique et fiscal, le centre note l’«absence  d’une définition juridique de la start-up ; lourdeur de la procédure de la loi sur les OPCC pour les fonds dédiés à l’amorçage».
Autre difficulté importante : le financement limité dû à l’aversion au risque des bailleurs de fonds.

Outre l’insuffisance de la culture entrepreneuriale, le Centre constate également que le capital humain manque des softs skills nécessaires au développement des projets. Sans oublier  la problématique de l’accès aux marchés national et international.

Pour corriger les insuffisances des politiques et stratégies mises en place pour ce segment d’avenir de la TPME, le CMC note tout de même que le gouvernement a récemment mis en place un ambitieux programme de promotion de l’entrepreneuriat innovant, FORSA.

Comme le rappelle le Centre dans sa publication, ce programme, doté d’une enveloppe budgétaire de 1,25 milliard de DH au titre de l’année 2022, cible l’accompagnement de 10.000 porteurs de projets incluant tous les secteurs de l’économie, tout en assurant les principes d’équité régionale et de genre».

Le CMC estime que dans la continuité du programme FORSA, il serait souhaitable que soit mise en place une politique spécifique à la TPE et à la start-up.

Sous la forme d’un  «Start-up Innovant Act», cette politique devrait englober cinq principaux axes.
Dans le premier axe, qui porte sur le juridique, il sera question de rédiger un cadre juridique spécifique aux start-up, y compris les dispositions relatives à la liquidation de celles-ci, réglementer le statut des incubateurs, adapter la réglementation des changes et de l’export pour l’internationalisation des start-up et adapter le système fiscal à la start-up et au fondateur.

Le deuxième axe porte sur l’amélioration de l’accès aux marchés. Dans ce cas, il s’agit de créer un Label start-up, accordé par un comité composé de représentants de fonds, des pouvoirs publics et d’experts ; intégrer les start-up au quota des appels d’offres publics et alléger les conditions d’accès des start-up aux marchés stratégiques (banque, assurances, services financiers).

Cet axe prévoit aussi d’inciter les grandes entreprises marocaines ou les multinationales locales à accompagner les start-up dans l’accès aux marchés internationaux sous forme de contrats de sous-traitance à titre d’exemple et mettre en place un système de certification des mentors et experts dans l’accompagnement des start-up.

Le troisième axe concerne la promotion de l’investissement.  Il est question dans cet axe de considérer les start-up comme des «opérateurs économiques agréés» au sens douanier et les exempter des procédures d’homologation à l’import ; créer une charte autour de la start-up marocaine pour lui permettre d’une part de bénéficier d’aides, de subventions, et d’avantages fiscaux mais également pour faire profiter l’écosystème des synergies de groupes ainsi que réformer la SAS, statut OPCC (conditions, flexibilité, capital, procédure et autres) et/ou créer des véhicules dédiés

Concernant le quatrième axe, qui vise à faciliter l’accès au financement, le Centre souligne l’importance de mettre en place des financements bancaires pour l’exportation des start-up et un système d’encouragement financier des chercheurs sur la base du nombre de publications et de dépôts de brevet (subvention des coûts de dépôts de brevets)
Enfin, le cinquième axe consiste à mettre en place un accompagnement spécifique de l’Etat aux start-up. Ce qui nécessite de renforcer le soutien public aux structures
d’accompagnement et d’accélération des porteurs de projets (financier, technique, mise en  relation et autres), et centraliser l’information relative aux aides publiques adressées aux porteurs de projets innovants.

Dans le cadre de cet accompagnement, il sera aussi question d’élaborer un programme national pour le développement de l’esprit entrepreneurial dans les établissements d’enseignement et de réformer l’éducation nationale et introduire le statut de «chercheur» pour promouvoir l’innovation.

Alain Bouithy


Lu 508 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Mai 2022 - 19:00 Le tout pour le tout de l'ONMT

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS