Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les femmes pas aussi fragiles qu’on le pense

En tous cas beaucoup moins que les hommes




 “Arrête de faire ta chochotte ». « Pleure pas, il y a que les femmes qui pleurent ».  «Espèce de poule mouillée ».  Les expressions péjoratives pour désigner un homme en proie à des souffrances physiques ou mentales comportent souvent une connotation féminine. Pourtant, des scientifiques ont apporté la preuve que cela n’avait pas de sens. En effet, selon une étude canadienne publiée le samedi 12 janvier dans la revue scientifique Current Biology, les hommes seraient bien plus sensibles à la douleur que les femmes. De quoi ranger les préjugés sur la supposée fragilité de la gent féminine aux oubliettes.   
Ainsi, les femmes seraient plus résistantes à la douleur que les hommes. Cet étonnant constat a été mis en lumière via une étude conduite par des chercheurs universitaires canadiens. Pour y parvenir, ces derniers ont effectué des tests de douleur à la fois sur des souris et des humains.
D’un côté, des souris donc, et de l’autre 41 hommes et 38 femmes âgés de 18 à 40 ans. Les sujets ont été installés dans une pièce pour les humains et une cage a été aménagée pour les souris. Dans un premier temps, les chercheurs ont infligé aux uns et aux autres une légère douleur par application de chaleur sur l’avant-bras ou la patte arrière. Dans un second temps, les sujets humains devaient évaluer la douleur sur une échelle de 1 à 100. S’agissant des souris, les scientifiques se sont fiés à la rapidité avec laquelle elles s’éloignaient de la chaleur pour évaluer la douleur. 24h plus tard, une seconde douleur, cette fois-ci plus prononcée, a été infligée aux humains et aux souris, accompagnée de la pose de tensiomètre pour les premiers et d’une injection de vinaigre pour les secondes.
Les résultats obtenus suite à ce second test sont pour le moins surprenants. Contrairement aux femmes, les hommes ont attribué une cote plus élevée à la même douleur ressentie la veille. Idem chez les souris, où les mâles semblaient ressentir la douleur plus fortement que les femelles. Conclusion des scientifiques: théoriquement, les hommes étaient plus sensibles à la douleur subie. Cependant, une nuance a été apportée au résultat, selon laquelle les hommes sont en réalité plus sensibles face à une douleur qu’ils connaissent. « A notre avis, les souris et les hommes anticipaient la pose du brassard ou l’injection du vinaigre, et chez les sujets mâles, ce stress d’anticipation a accru la sensibilité à la douleur », explique le professeur Jeffrey Mogil, l’un des auteurs de l’étude. D’ailleurs, les femmes et les souris femelles n’ont fait preuve d’aucun stress par rapport aux douleurs précédentes.
A en croire le professeur Jeffrey Mogil, ces résultats pourraient faire avancer la recherche sur les traitements contre la douleur chronique : « Cette étude nous autorise à penser que le souvenir de la douleur peut influer sur les sensations douloureuses. L’exploration de ce phénomène pourrait nous donner des indications utiles ». Ou du moins expliquer le courage des femmes à traverser un second accouchement en dépit du souvenir de la douleur subie auparavant.

Chady Chaabi
Mercredi 30 Janvier 2019

Lu 713 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com