Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les écoles privées imposent leur loi

Le ministère se fend d’ un communiqué qui sonne creux


Quiz pas drôle : Elle commence quand et elle finit quand l’année scolaire ?

Les écoles privées imposent leur loi
Le report de la rentrée scolaire au 1er octobre a enflammé le débat sur les frais de scolarité déjà on ne peut plus brûlant. En repoussant la rentrée des classes, en raison de la campagne de vaccination des 12-17 ans, quelques jours seulement après le paiement parla majorité des parents des frais de scolarité, et notamment les frais d’inscription et le mois de septembre, le ministère de l'Education nationale aura mis de l’huile surle feu.

Certes, Saaid Amzazi, le ministre de tutelle, a tenté de rattraper le coup et de calmer le jeu en assurant que les familles qui se sont acquittées des frais dumois de septembre, seront exemptées de ceux dumois de juillet. Mais au vrai, les choses ne sont pas aussi simples qu’il n’y paraît.

Enseignement privé à distance
Si des cours de révision et de soutien sont actuellement diffusés sur petit écran à la demande du ministère de l’Education, au profit de l’ensemble des élèves marocains, les établissements scolaires privés en ont décidé autrement.
D’après plusieurs témoignages, bon nombre d'écoles, et pas uniquement à Casablanca, ont créé des groupes d'enseignement à distance. “J’ai reçu un message sur mon téléphone de la part de la direction pédagogique, contenant le login et le code réservés à ma fille pour accéder aux cours à distance”, corrobore un parent d’élève, avant d’exprimer son inquiétude : “Je crains sérieusement de devoir payer également les frais de juillet sima fille suit ces cours. Et si l’on y ajoute les frais d’inscription qui sont exhorbitants, au total cela reviendrait à payer quasiment 13 mois sur 10. C’en est trop”. Et il n’est pas le seul dans ce cas. Un autre parent nous assure, preuve à l’appui, qu’il a lui aussi reçu les dits identifiants pour accéder à Koolskools, une plateforme d'éducation numérique.

Des parents pris en otage
Nos interlocuteurs s’accordent sur deux autres points. D’abord, ils ont été surpris par l’instauration des cours à distance alors que la rentrée scolaire est officiellement reportée. Ensuite, ils sont pleinement conscients qu’ils ne peuvent évidemment pas refuser l’invitation, quand bien même, il y a un risque que la prestation soit facturée. “Nous sommes pris en otages. Les écoles savent bien que les parents ne pourront jamais isoler leurs enfants du reste de la classe. Si tous leurs camarades participent aux cours à distance, impossible de les empêcher d’y assister”, déplore un des parents joint par nos soins. Joué sur la corde sensible de l’effet de groupe, les établissements d'éducation privés en sont des spécialistes.

Preuve en est, la polémique qui a éclaté en mai dernier, lorsque plusieurs écoles avaient menacé les parents de ne pas réinscrire leurs bambins si la totalité des frais de scolarité n’était pas réglé. Or, les parents estimaient à l’époque, à juste titre, ne pas devoir payer des cours à distance au prix du présentiel, surtout qu’ils y avaient participé activement. Là encore, les écoles ont eu gain de cause. Il est en effet difficile de convaincre son enfant de changer d’école, de quitter ses amis et ses repères émotionnels et académiques, pour des considérations financières qui le dépassent à son âge, en l'occurrence l’avidité sans bornes de l’ensemble des écoles privées, à quelques exceptions près.

Des écoles épargnées financièrement par la pandémie
Pourtant, si les entreprises du secteur privé qui n’ont pas souffert des répercussions de la crise sanitaire se comptent sur les doigts d’une main, les établissements d'éducation privés font partie des sociétés dont les comptes ont largement été épargnés, à la différence des agences touristiques, ou encore des sociétés de communication par exemple. Mais à l’évidence, ils ne sont jamais rassasiés. D’autant plus avec la complicité du ministère de l’Education dont le silence est assourdissant. Tout le monde est au fait des agissements actuels des écoles privées. Tout le monde, sauf le ministère de l'Education. On aurait pu croire que le communiqué publié récemment apporterait des éclaircissements sur ces agissements, mais à sa lecture, la déception et l’incompréhension ont été à la hauteur de la problématique. Le silence radio du ministère de l'Education Pas une ligne ni aucune mention n’a été faite au sujet des cours à distance instaurés. A la place, on a eu droit à un communiqué mièvre et totalement vide de sens, où il est question “d’un calendrier pédagogique pour assurer le bon déroulement de la rentrée scolaire”. Comme on dit souvent, le silence est signe d'assentiment. Le silence radio du ministère de l'Education est affligeant et n’annonce rien de bon. Qui plus est à la lumière du rythme actuel de la campagne de vaccination dédiée aux 12-17 ans.

A mi-chemin entre le lancement de cette campagne, le 31 août dernier, et la nouvelle date de la rentrée scolaire, le 1er octobre, les autorités sanitaires viennent à peine de dépasser le million d’enfants et adolescents vaccinés (1.035.494). Soit un peu plus du tiers de la population cible. Autrement dit, il est difficile d’imaginer que l'objectif fixé de vacciner un peu moins de 3 millions d'élèves soit atteint avant début octobre. Un tel scénario garantirait à coup sûr des maux de tête même à un doliprane. Car il contient plusieurs zones d’ombre. Doit-on envisager un énième report de la rentrée scolaire ? Les parents seront-ils encore une fois exonérés des frais de scolarité ou ces derniers seront-ils encore une fois reportés? Quand est-ce que s'arrêtera l’année scolaire 2021-2022 ? Des questions d’une haute importance mais qui demeurent pour l’instant sans réponse. Ce qui en dit long sur le peu d’entrain du ministère de tutelle à se saisir à bras-le-corps de la problématique, résultant sur un trop plein de liberté accordée aux écoles privées. Mais au fond, rien n’oblige les parents à y inscrire leurs enfants.

Chady Chaabi

Libé
Jeudi 16 Septembre 2021

Lu 1033 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS