Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les crypto-monnaies socle du développement en Afrique ?




L’Afrique est le continent le mieux doté en ressources naturelles dans le monde. Mais alors que plusieurs pays africains luttent contre l'instabilité financière et les récessions économiques évitables, la crypto-monnaie a tout le potentiel pour la faire prospérer. Contrairement à la situation antérieure, l’Afrique peut désormais trouver une solution viable à ses nombreux problèmes.
Le continent doit également faire face à des défis non économiques tels que le taux élevé d'analphabétisme, de pauvreté, de leadership irresponsable et d'insécurité. Parmi ceux-ci, l'éradication de la pauvreté est sûrement le défi le plus important. Ce fléau s'est aggravé au cours de la dernière décennie. Environ 42% des personnes se trouvant en Afrique subsaharienne vivant dans l'extrême pauvreté. Au cœur de ce problème se trouve un système bancaire presque inefficace sur l’ensemble du continent.

Où en est l'Afrique ?
Notons déjà que l’Afrique abrite plus de 17% de la population mondiale non bancarisée. En effet, le système bancaire commercial est trop complexe et coûteux pour la majorité de la population africaine. La culture financière est donc encore faible et on en espère vivement une simplification. Jusqu’à présent, cela n’a pas été le cas et la plupart des Africains restent en marge du système financier. La crypto-monnaie ne pourrait-elle pas combler ce vide ?
Pourquoi les crypto-monnaies devraient-elles remplacer les banques?
Les crypto-monnaies sont des monnaies numériques construites sur la base de la technologie blockchain. Elles ne s'appuient pas sur un organisme central, notamment la Banque centrale, comme c’est le cas des banques commerciales actuellement.
L'un des avantages de la crypto-monnaie pour les clients peu familiarisés avec le système bancaire réside dans le fait qu'elle dispose d'un mécanisme de transfert entre les pairs. Cela faciliterait le transfert d’argent entre Africains non éduqués à l’environnement bancaire. On peut également minimiser le risque d'inflation sur un continent instable. Pour répondre au problème de l’activation facile et excessive de la planche à billets, qui a provoqué l'inflation dans certains pays africains, les crypto-monnaies ne sont pas produites comme la monnaie fiduciaire traditionnelle. Cela est dû à la limite du montant pouvant être fourni par le système de crypto-monnaie. Lorsque cette limite est atteinte, toute autre personne qui en a besoin doit acheter à quelqu'un qui vend et qui est disposé à vendre. Cette demande supplémentaire, à son tour, pousse le prix des crypto-devises vers le haut, décourageant toute émission excessive.
Par exemple, si le Bitcoin a une offre maximale de 21 millions, une fois que ces 21 millions de Bitcoins auront été extraits, sa valeur augmentera car sa demande sera forte. C’est un moyen sûr d’éviter une inflation étrangère aux systèmes bancaire et financier traditionnels.

La crypto-monnaie
est gratuite et efficace

Les statistiques ont confirmé que l'argent envoyé dans les pays d'origine par les migrants africains contribuait énormément à leur PIB. En 2017, près de 26% du PIB du Liberia était dû aux envois de fonds de la diaspora. Habituellement, cela devrait sembler bon pour les pays d’origine mais il y a un problème. Les transferts internationaux vers l’Afrique coûtent cher aux expéditeurs, à tel point que ces frais importants pourraient considérablement contribuer à la réduction de la pauvreté dans certaines communautés africaines. La bonne nouvelle est que les Africains n’auraient pas à supporter ce coût en utilisant des monnaies cryptographiques. Les crypto-monnaies n'appartiennent pas à un pays particulier et ne sont contrôlées par personne. Les transactions sont  donc gratuites.

Les Africains ont besoin
d'une interface financière simple

Le système bancaire commercial en Afrique est trop complexe et les exigences des banques sont parfois inaccessibles pour les clients. Par exemple, pour ouvrir des comptes, les particuliers sont généralement tenus de soumettre divers documents, notamment des attestations fiscales et des copies de factures personnelles.
Les entreprises qui sollicitent un prêt doivent presque toujours fournir des garanties extravagantes et obtenir la caution de nombreuses personnalités de premier plan en tant que garants. Les crypto-monnaies sont moins exigeantes et offrent un meilleur rapport qualité-prix. La seule exigence est que les clients créent une adresse de portefeuille et puissent commencer à négocier avec n'importe qui dans le monde. Ceci est de nature à favoriser une meilleure inclusion financière des usagers africains les aidant à consommer et investir plus. Au final, des milliers voire des millions d’Africains pourraient sortir définitivement de la pauvreté.
Sérieusement, l’Afrique peut tirer parti des nombreux avantages des crypto-monnaies. C'est un moyen sûr de parvenir à la stabilité financière et à la prospérité économique.

 * Fondateur du projet Nepsium et directeur exécutif de Cheetah Africa.
Article publié en collaboration avec Libre Afrique.

Vendredi 26 Avril 2019

Lu 743 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com