Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les consommateurs restent prudents et à l’ affût des changements dans l’immobilier

Mubawab passe au crible le comportement de la demande sur le marché à fin 2020



La plateforme Mubawab passe au peigne fin les comportements et besoins des intentionnistes sur le marché immobilier, six mois après la fin du confinement. Après une première étude de marché sur l’impact du confinement sur la demande immobilière, le portail immobilier a récemment annoncé les résultats d’une nouvelle étude qu’il a réalisée sur les comportements et besoins des intentionnistes sur le marché immobilier. « L’objectif de cette étude est de mettre en avant les résultats escomptés pour inspirer, aiguillonner et enrichir les réflexions, stratégies et actions de tout l’écosystème, tout en injectant, pour 2021, de réels signes de redressement du marché », a expliqué Kevin Gormand, CEO et Co-fondateur de Mubawab.ma. Selon la nouvelle étude, réalisée six mois après la fin du confinement, 37% des personnes interrogées ont vu leur projet reporté ou annulé depuis la fin du confinement, a constaté la plateforme digitale soulignant que sur les 63% restants, 16% ont déjà acquis leur bien et 47% en sont toujours à la recherche. A titre de comparaison, Mubawab rappelle que la première étude de marché, qui avait été réalisée en mai 2020, « avait révélé que près de 24% des personnes interrogées étaient prêtes à procéder à une réservation en ligne, si la procédure le permettait et que plus de 65% d’entre elles ne souhaitaient alors pas reporter ou annuler leurs projets immobiliers ». Après analyse des résultats de sa dernière étude, il ressort que les consommateurs sondés s’intéressent « principalement (et par ordre de préférence) à des logements avec jardin et/ou terrasse (30%), à un logement plus grand, à un logement avec vue sur mer, à un bien immobilier pour investir et, finalement, à un logement, hors ville, en zone rurale ». Comme l’a relevé la plateforme dans un communiqué, l’étude a également montré que « les critères de décision les plus importants sont d’abord le prix et l’emplacement, la qualité de la construction, la fiabilité du promoteur, l’expertise de la personne qui les accompagne et enfin les délais de livraison ». L’autre enseignement de cette étude, c’est que la majorité des personnes interrogées (70%) cherchent une résidence principale, moins d’un quart (19%) une résidence secondaire et 10% un investissement locatif. « Concernant les 37% des personnes qui ont vu leur projet annulé ou reporté, les principales raisons évoquées sont d’abord l’attentisme : 25% d’entre elles souhaitent attendre et voir l’évolution de la situation et des prix de l’immobilier », a noté le portail. A en croire la plateforme consacrée aux annonces immobilières, viennent ensuite « les personnes qui anticipent une baisse de leurs revenus (8%), celles qui préfèrent garder leur capital par prudence (13%), celles qui ont réellement subi une perte/baisse de revenu et qui sont dans l’incapacité de visiter le bien, puis, finalement, celles qui ont tout simplement changé d’avis et ne souhaitent plus changer de logement/investir ». S’il est un autre enseignement à tirer également de cette même étude, c’est qu’elle a démontré que les intentionnistes restent prudents et à l’affût des changements, a poursuivi Mubawab. En effet, il ressort de cette étude que près de la moitié (49%) s’attend à une baisse des prix dans les grandes villes, 53% s’attendent à une hausse des prix dans les petites et moyennes villes, près d’un tiers (30%) pense que les délais pour obtenir un crédit immobilier seront rallongés, alors qu’un quart (25%) est persuadé que les taux de ces crédits vont augmenter. Il est à souligner également que 33% d’entre eux « pensent que les banques seront plus exigeantes pour accorder des crédits immobiliers ». « Aujourd’hui, 97% des internautes marocains cherchant à acquérir un bien affirment que le web est indispensable pour la recherche d’informations avant de se lancer dans un projet immobilier », a fait remarquer Kevin Gormand. Des propos confortés par l’étude qui précise que les Marocains se tournent principalement vers les sites spécialisés dans l’immobilier (70%), puis vers les samsars, agents et agences immobilières (14%), ainsi que le bouche à oreille. A ce propos, il apparaît que « les personnes qui utilisent internet en priorité le font principalement pour consulter des annonces de biens (98%), connaître les prix au m² dans une zone en particulier (97%), mettre en ligne une annonce sur un portail immobilier (86%), se renseigner en matière fiscale et de financement (84%), rechercher les commodités avoisinantes (86%) et, finalement, choisir une agence immobilière (57%) », a fait savoir la plateforme. 

Alain Bouithy
Jeudi 4 Février 2021

Lu 196 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS