Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les animaux mâles sur-représentés dans les musées d'histoire naturelle




Les animaux mâles sur-représentés dans les musées d'histoire naturelle
Les stéréotypes sexistes infiltrés jusque dans les muséums d'histoire naturelle: les mâles oiseaux et mammifères sont sur-représentés dans leurs collections, ce qui est susceptible de biaiser les recherches menées à partir des ces spécimens, revèle une étude mercredi. Une équipe de chercheurs a analysé près de 2,5 millions de spécimens d'oiseaux et mammifères collectés par cinq grands muséums (Londres, Paris, New York, Washington et Chicago) depuis le XVIIIe siècle, pour la plupart via la chasse et le piégeage. Pourquoi cette démarche inédite ? "Nous nous intéressions aux préjugés de genre dans le milieu scientifique, où il y a par exemple une sur-représentation de chercheurs hommes blancs aux postes haut gradés. Aussi trouvionsnous intéressant de voir si ce biais masculin se retrouvait dans les collections des musées", explique à l'AFP Natalie Cooper, chercheuse au museum d'histoire naturelle de Londres et auteure principale de l'étude publiée dans Proceedings of Royal Society B. Une cartographie à grande échelle, avec des statistiques sexuées, s'imposait d'autant plus que "le nombre d'études utilisant ces spécimens (prêtés par les musées pour la recherche, NDLR) continue d'augmenter", selon les auteurs. Sur le vaste échantillon analysé, quand le sexe est identifié, 40% des oiseaux et 48% des mammifères, en moyenne, sont des femelles. Ce pourcentage varie en fonction des classifications, et s'avère particulièrement faible dans de nombreux nombreux cas, comme certains passereaux (9,7% de femelles), gobemouches noirs (11,5%), chauve-souris (9,9%), ovins (24%), belettes (24%)... Autre exemple: moins de 40% des artiodactyles (famille des ongulés) sont des femelles, alors que dans les populations sauvages, elles sont majoritaires. Ces disproportions seraient issues d'une sélection délibérée au moment de la chasse, parce qu'orientée vers les espèces où les mâles sont une cible plus visible: plus impressionnants en taille (ongulés), avec des ornements plus colorés (l'oiseau de paradis), des traits plus saillants (bois des cerfs)...

Lundi 28 Octobre 2019

Lu 721 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Septembre 2020 - 17:55 Oubliez les boissons gazeuses !

Dimanche 13 Septembre 2020 - 18:00 Des mammouths sous l’aéroport de Mexico