Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les activités secondaires affichent un comportement globalement favorable

Evolution positive des secteurs extractif, énergétique, manufacturier et du BTP en 2019




En 2019, l’activité secondaire a affiché des résultats encourageants marqués par un comportement globalement favorable de l’activité du secteur extractif, un dynamisme maintenu de l’activité du secteur de l’énergie électrique, une évolution positive de l’activité du BTP et un dynamisme favorable du secteur manufacturier.
« Après un léger recul au deuxième trimestre 2019 de 1,2% et un renforcement de 5,6% au premier trimestre 2019, la valeur ajoutée du secteur extractif s’est améliorée de 2,1% au troisième trimestre 2019 pour se solder sur une hausse de 2,2% au terme des neuf premiers mois de 2019, en consolidation d’une augmentation de 6,6% un an plus tôt », a indiqué la Direction des études et des prévisions financières (DEPF).
Selon cette direction relevant du ministère de l’Economie, des Finances  et de la Réforme de l’administration, à fin novembre 2019, le chiffre d’affaires à l’export du secteur des phosphates et dérivés s’est élevé à 45,2 milliards de dirhams, en baisse de 0,8%.
Cette baisse est attribuée au « recul de la valeur des expéditions de phosphate roche de 8,9%, après un repli de 10,3% un mois plus tôt, atténuée par l’augmentation de la valeur des exportations des dérivés de phosphates de 0,7% », a expliqué la DEPF précisant qu’en volume, les ventes à l’étranger des dérivés de phosphates se sont accrues de 9,8% à fin novembre 2019.
Concernant l’activité du secteur de l’énergie électrique, la Direction a indiqué que la production de l’électricité a maintenu sa bonne dynamique au terme des onze premiers mois de 2019, en hausse de 18,4% après +7,7% il y a une année, incorporant une progression de 27,9% au T1-19, de 22,5% au T2-19, de 17,5% au T3-19 et de 3,1% au cours des deux premiers mois du T4- 19.
Selon les précisions de la DEPF,  « l’évolution, à fin novembre 2019, recouvre, notamment, une hausse de la production privée de 34,2% et de celle des projets développés dans le cadre de la loi 13-09 de 48,8%, atténuée par le retrait de celle de l’ONEE de 17,1% ».
Soulignant l’évolution de la consommation de l’énergie électrique, la DEPF a indiqué qu’elle s’est améliorée de 1% à fin novembre 2019, après +0,6% à fin septembre 2019 et un recul de 2,1% un an plus tôt, en raison d’une hausse courant les deux premiers mois du quatrième trimestre 2019 de 3%.
Quant au solde des échanges de l’énergie électrique avec l’Algérie et l’Espagne (importations-exportations), il apparaît qu’il « s’est replié de 125,8% à fin novembre 2019, après un recul de 39,4% il y a une année, consécutivement au maintien du recul du volume de l’énergie importée (-86,3% après -38,8%) et du renforcement soutenu de celle exportée (+433,1% après +75,3%), dans un contexte d’accroissement de l’énergie nette appelée de 4% », a-t-elle relevé.
S’agissant de l’activité du secteur du BTP, elle a connu une évolution positive au cours de l’année dernière, en ligne avec la progression des ventes de ciment, principal baromètre du secteur, de 1,8%, après une baisse de 3,7% un an plus tôt.
Parallèlement à cette progression, « l’encours des crédits alloués au secteur immobilier s’est accru de 3,2% à fin novembre 2019, après +3,8% un an auparavant », a indiqué la DEPF précisant que cette évolution recouvre un accroissement des crédits accordés à l’habitat de 4,3% et un repli de ceux alloués à la promotion immobilière de 0,9% après -3,9% il y a une année.
Quant au secteur manufacturier, il ressort de la note de la DEPF que sa valeur ajoutée s’est renforcée de 2,3% au terme des neuf premiers mois de l’année 2019, après une hausse de 3,2% un an plus tôt.
Selon la DEPF, «cette dynamique fait suite à une augmentation de 1,9% au troisième trimestre 2019 et de 2,5% au cours de chacun des deux premiers trimestres 2019».
Citant l’enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib auprès du secteur manufacturier, elle a noté que les derniers résultats de celle-ci font état d’un reflux, en glissement mensuel, de la production et des ventes durant le mois de novembre 2019 dans l’ensemble des branches d’activité.
Selon la DEPF, « le retrait des ventes aurait concerné principalement le marché local. Par ailleurs, une amélioration est à noter au niveau du taux d’utilisation de la capacité de production (TUC) de 1 point comparativement au mois de novembre 2018, à 74% ».
Selon elle, cette  hausse fait suite à la « progression de 3 points dans les industries mécaniques et métallurgiques et celles de textile et cuir et de 2 points parmi les industries chimiques et para-chimiques, allégée par un retrait de 1 point dans les industries de l’agro-alimentaire ».
Soulignant, en ce qui concerne les échanges commerciaux avec l’extérieur, que le secteur manufacturier a poursuivi sa dynamique favorable au terme des onze premiers mois de 2019, particulièrement  au niveau des secteurs de l’automobile (+5,4%), aéronautique (+7,7%), chimique et para-chimique (+0,7% pour les ventes à l’étranger des dérivés de phosphates) et de l’industrie alimentaire (+0,4%).
Par ailleurs, pour les trois mois de décembre 2019 et janvier et février 2020, les chefs d’entreprise sondés anticipent une augmentation de la production et des ventes dans toutes les branches d’activité, excepté pour celles de la «chimie et parachimie» où les industriels anticipent une stagnation de la production et de la «mécanique et métallurgie» où ils s’attendent à une stagnation des ventes, a conclu la DEPF.

Alain Bouithy
Jeudi 30 Janvier 2020

Lu 1548 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.