Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les acteurs du tourisme se donnent rendez-vous à Madrid


Prochaine tenue du neuvième Forum des investissements et des affaires touristiques pour l’Afrique



Madrid accueillera le 18 janvier courant la neuvième édition du Forum des investissements et des affaires touristiques pour l’Afrique (INVESTOUR), une initiative conjointe de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), IFEMA/FITUR et de Casa Africa.
Organisé chaque année dans le cadre de la Foire internationale du tourisme (FITUR), un des plus importants Salons touristiques au monde, avec plus de 240.000 visiteurs, 200 ministres et autorités et 165 pays représentés, cet important rendez-vous est une plateforme originale de mise en relation d’entreprises touristiques d’Afrique, d’Europe et du reste du monde. 
L’événement, qui se déroulera à la Foire internationale du tourisme de la capitale espagnole, promeut le tourisme durable en Afrique, facilite la rencontre et le dialogue entre les représentants du tourisme africain, les investisseurs et les partenaires internationaux potentiels, offrant de nouvelles opportunités commerciales et de coopération, selon les organisateurs.
Le forum qui réunit les acteurs du tourisme africains, espagnols et, depuis 2015, également internationaux, «est soutenu par les principaux blocs commerciaux africains, ainsi que par les associations du secteur privé et les institutions publiques du secteur du tourisme», indiquent ces derniers. 
Dans une note déclinant le programme de cette nouvelle édition,  il est précisé que ce rendez-vous «sert de plate-forme pour que les secteurs public et privé explorent des approches novatrices pour accroître les investissements dans le secteur du tourisme et les différents domaines de la chaîne de valeur touristique : infrastructures et construction, énergies renouvelables, accès à l’eau, gestion des déchets, communication et technologies, culture, loisirs et bien-être, etc.».
Il est à signaler que le forum, qui donnera l’accès direct à plus de 400 acteurs clés du secteur du tourisme et de secteurs connexes ainsi qu’aux dernières tendances et opportunités d’affaires dans le secteur en Afrique, comporte des tables rondes et des rencontres interentreprises (Business to Business). 
A propos des tables rondes, il est à signaler qu’elles s’articuleront autour de deux sessions. La première portera sur le thème : «La marque Afrique: favoriser le développement du tourisme et les opportunités d'investissement». 
«Considérant le fait que la marque d'une destination devient un impératif pour qu’une région puisse pleinement maximiser son potentiel de développement du secteur touristique, la première session de la table ronde vise à explorer la situation de la marque Afrique et son impact sur le tourisme dans la région», soulignent les organisateurs. 
En outre, cette première session, qui s’intéressera aussi aux perceptions négatives sur l’Afrique,  identifiées comme les principaux obstacles pour accroître le développement du tourisme et les opportunités d'investissements dans la région, vise également «à échanger des connaissances et des expériences nationales et connaître les décisions politiques prises par les Etats membres pour réorienter et gérer une marque de succès pour leurs destinations respectives», ajoutent-ils.
La deuxième session, «La biodiversité comme moteur du tourisme durable: l'importance de la participation efficace des communautés locales », sera l’occasion de rappeler que la région africaine est immensément riche en biodiversité. 
Comme le soulignent les organisateurs, le continent abrite aujourd'hui de nombreuses réserves d'animaux et fauniques, ce qui en fait un produit touristique clé pour la région. De plus, la faune représente 80% du total des ventes annuelles.
Ainsi, soutiennent-ils, «pour obtenir une conservation à long terme de la haute biodiversité en Afrique, il est essentiel de lutter contre les activités non durables menaçant la faune sauvage», estimant que ces problèmes ne peuvent être abordés uniquement par les gouvernements, mais ils exigent la volonté et l'engagement de toutes les parties prenantes, travaillant ensemble au niveau national et international. 
Ainsi, cette session soulignera les avantages économiques que la biodiversité a sur le secteur du tourisme avec une attention particulière sur l’Afrique et se concentrera sur la façon d’engendrer la participation des communautés locales aux efforts de la conservation et les campagnes de sensibilisation, indiquent-ils.
Selon les estimations de l’OMT, le continent africain offre un immense potentiel de tourisme sachant que les arrivées de touristes internationaux passeront de 58 millions à 134 millions d’ici 2030.
Organisée en janvier de l’année dernière, la précédente édition avait réuni plus de 20 ministres africains du Tourisme. Elle avait permis la tenue de plus de 80 réunions entre 45 organisations africaines et internationales de 23 pays avec la participation de plus de 400 délégués.


Alain Bouithy
Lundi 8 Janvier 2018

Lu 1147 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.