Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Conseillers expérimentent l'exercice démocratique

Maâti Benkaddour élu président au deuxième tour




Les Conseillers expérimentent l'exercice démocratique
C'est à l'issue d'un deuxième tour que l'élection du président de la Chambre des conseillers a été tranchée. Une élection qui s'est jouée entre Maâti Benkaddour du groupe du Tassemblement et de la Modernité pour la majorité et de Mohamed Fadili du Mouvement populaire pour ce qui est de l'opposition. Et c'est Maâti Benkaddour qui a fini par remporter cette élection avec 145 voix pour et 74 contre, sachant que 15 des 234 voix exprimés ont été annulées. Cela dit, le suspense pour l'élection du nouveau président de la chambre des conseillers aura duré jusqu'à la fin.
Il était 10h40 hier quand Ahmed Cherkaoui, 3ème vice-président de la deuxième Chambre a déclaré ouverte la séance plénière. Un seul point figurait à l'ordre du jour, l'élection du président de la 2ème Chambre. Et c'est par la présentation des noms des candidats au poste vacant que la séance présidée par le 3ème vice-président Ahmed Cherkaoui, a débuté.
La réunion tenue par le Premier ministre Abbas El Fassi avec les secrétaires généraux des partis de la majorité  n'ayant  pas abouti à un consensus, la majorité gouvernementale n'a pas présenté de candidat commun.
Le groupe socialiste a présenté Mme Zoubida Bouayade, celui du Rassemblement et de la Modernité a proposé Maâti Benkadour alors que Mohamed Ansari s'est présenté au nom du Parti de l'Istiqlal. De même, et contrairement à ce qui a été annoncé précédemment,  deux candidats différents ont été présentés au nom de l'opposition, à savoir Mohamed Fadili du Mouvement populaire et Driss Radi de l'Union constitutionnelle.
Sur les 268 membres que compte le Conseil, 240 ont participé à l'opération de vote répartis comme suit: 95 voix pour Maâti Benkaddour, Mohamed Fadili (45), Mohamed Ansari (41) , Zoubida Bouayade (25) et Driss Radi (21)  en plus de 13 bulletins nuls. En l'absence d'une majorité absolue, il a fallu donc recourir à un deuxième tour. Ce dernier s'est joué entre les deux premiers de la liste, Maâti Benkaddour et Mohamed Fadili. Mohamed Ansari du Parti de l'Istiqlal a présenté sa candidature puis l'a retirée à la dernière minute. Les partis de la majorité seraient en effet mis d'accord pour soutenir le parti ayant recueilli le plus de voix au premier tour.  Après son élection, Maâti Benkaddour a présidé la séance plénière consacrée aux questions orales et prononcé un discours de circonstances. Un discours dans lequel il a tracé les grandes lignes de son programme au niveau notamment législatif et du contrôle de l'action de l'Exécutif.

Amina SALHI
Mercredi 14 Janvier 2009

Lu 153 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés