Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le volume des gaz torchés régresse dans le monde

La Russie, l’Irak, l’Iran, les EtatsUnis, l’Algérie, le Venezuela et le Nigeria en tête des pays émetteurs pour la neuvième année consécutive


Libé
Vendredi 30 Avril 2021

En 2020, le volume mondial de gaz torchés a enregistré une baisse de 5%, a annoncé la Banque mondiale dans un nouveau rapport rendu public récemment. Selon de nouvelles estimations basées sur des données satellitaires, en volume, la production mondiale de gaz torchés a régressé de 150 milliards de mètres cubes en 2019 à 142 milliards en 2020.

La crise liée à la pandémie de Covid-19 semble avoir eu un impact sur le recul observé l’année écoulée puisque les données analysées font apparaître au terme de cette année-là une baisse de 8% de la production pétrolière dont le volume est passé de 82 millions de barils par jour en 2019 à 76 millions en 2020.

Recueillies par le Partenariat mondial pour la réduction des gaz torchés (GGFR), un fonds fiduciaire administré par la Banque mondiale, ces données montrent également que «les Etats-Unis sont responsables de 70% de cette baisse, le brûlage à la torche du gaz y ayant diminué de 32% entre 2019 et 2020 sous l’effet d’un recul de 8% de la production pétrolière combiné à l’établissement de nouvelles infrastructures utilisant du gaz qui serait autrement torché», souligne la Banque mondiale.

Dans un communiqué, l’institution financière internationale fait remarquer que sept pays représentant 40% de la production annuelle de pétrole à travers le monde sont responsables de près des deux tiers du volume mondial de gaz torchés (65%). Il s’agit de la Russie, de l’Irak de l’Iran, des Etats-Unis, de l’Algérie, du Venezuela et du Nigeria. Ces derniers «continuent d’occuper la tête du classement des pays émetteurs de gaz torchés pour la neuvième année consécutive depuis le lancement du premier satellite en 2012», relève la même source.

Pour l’organisme, «cette tendance est indicative des différents défis auxquels ils sont confrontés à l’heure actuelle». Pour ne citer que le cas des Etats-Unis, la première économie mondiale compte des milliers de sites de torchage qu’elle a «de la peine à relier aux marchés, tandis que quelques champs pétrolifères exploitant de grandes torchères en Sibérie de l’Est (Fédération de Russie) sont extrêmement enclavés et manquent d’infrastructures pour recueillir et évacuer les gaz générés».

Quoi qu’il en soit, «le brûlage des gaz à la torche apparaît comme un grave problème pour le climat et la gestion des ressources», estime Zubin Bamji, responsable du GGFR. A titre de rappel, cette pratique est responsable de plus de 400 millions de tonnes d’émissions en équivalent CO2 chaque année. L’organisme rappelle également qu’elle gaspille de précieuses ressources. Comme pour illustrer son propos, l’institution financière note toutefois que le volume de gaz brûlés à travers le monde est suffisant pour alimenter l’Afrique subsaharienne en électricité.

Fort heureusement, «près de 80 pays et compagnies pétrolières se sont engagés à ne pas recourir au torchage de routine pendant la décennie à venir, et certains ont également rejoint notre partenariat mondial, ce qui constitue une évolution très positive», se réjouit Zubin Bamji précisant que les projets de réduction du torchage exigent des investissements substantiels, mais donnent des résultats après plusieurs années.

Aussi, poursuit-il, «à l’approche de la prochaine Conférence des Nations unies sur le changement climatique à Glasgow, nous continuons d’inviter les dirigeants des pays producteurs de pétrole et des compagnies pétrolières à mettre la réduction des gaz torchés au centre de leurs plans d’action pour le climat». Car, comme il le soutient dans sa déclaration, «pour préserver la planète de millions de tonnes d’émissions chaque année, il est temps de mettre fin à cette pratique vieille de 160 ans».

Résultat d’une diversité de contraintes liées aux marchés et aux difficultés économiques, mais aussi à l’absence de réglementations appropriées et de volonté politique, la pratique du brûlage du gaz naturel sur les sites de production pétrolière se traduit par l’émission d’une panoplie de polluants dans l’atmosphère, y compris du dioxyde de carbone, du méthane et du noir de carbone (suie), comme le souligne la Banque mondiale.

Selon l’organisme, «les émissions de méthane issues du torchage contribuent substantiellement au réchauffement de la planète à court et à moyen termes, parce que les effets de ce gaz sont au moins 80 fois plus puissants que ceux du dioxyde de carbone sur un horizon de 20 ans.

Alain Bouithy


Lu 885 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 21 Janvier 2022 - 17:05 L’IPC annuel moyen a grimpé de 1,4% en 2021

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS