Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le petit Adnane victime d’ une barbarie infâme

Main basse sur l’ enfance, sur l’innocence


Toujours àTanger, un autre chérubin sauvé in extremis de griffes pédophiles



Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Tanger ont interpellé, vendredi soir, un individu âgé de 24 ans, employé dans la zone industrielle de la ville, soupçonné d'homicide volontaire sur un mineur avec attentat à la pudeur.

Dans un communiqué, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique que la famille de l'enfant avait avisé les services de sûreté de la zone "Bni Makada" à Tanger de la disparition d'un mineur de 11 ans, avant que les recherches et investigations ne révèlent qu'il s'agit d'une disparition à caractère criminel, surtout que le visionnage d'enregistrements vidéos démontre l'implication présumée d'un individu qui a entraîné la victime, près du domicile de sa famille.

Les recherches et le diagnostic menés par la police judiciaire, appuyée par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) ont abouti à l'identification du suspect, qui réside près du domicile de la victime, avant qu'il ne soit interpellé et dirigé vers le lieu où il s'est débarrassé de la dépouille, ajoute le communiqué. Les premiers éléments de l'enquête révèlent que le mis en cause a emmené la victime dans un appartement qu'il loue dans le même quartier résidentiel, l'a agressée sexuellement et commis l'homicide volontaire, au même jour et à la même heure, avant de procéder à son enterrement aux alentours de son domicile, précise la DGSN.

Le prévenu a été placé en garde à vue à la disposition de l'enquête judiciaire menée sous la supervision du parquet compétent pour élucider les tenants et aboutissants de cet acte criminel, dont l'enfant mineur victime, a été transféré à l'hôpital régional de la ville pour autopsie, conclut la DGSN.

Par ailleurs, les éléments de la sûreté publique de "Bni Makada" à Tanger ont interpellé, samedi soir, un individu âgé de 36 ans pour son implication présumée dans une affaire de détournement et tentative d'attentat à la pudeur sur un mineur de 11 ans.

Selon les éléments préliminaires, le mis en cause avait noué une relation virtuelle avec le mineur via le réseau social "Facebook" avant de le convaincre pour le rencontrer dans un jardin public dans la zone de "Mghogha" où le suspect a été appréhendé par les éléments de la police en coordination avec le père de la victime, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué. Le prévenu avait en sa possession au moment de son interpellation plusieurs cadeaux qu'il comptait offrir à l'enfant, ajoute le communiqué.

Le mis en cause a été placé en garde à vue à la disposition de l'enquête préliminaire menée par la police judiciaire de "Bni Mekada" sous la supervision du parquet compétent, en vue de déterminer les tenants et aboutissants de ces actes criminels.

Nabil Hmina : La délocalisation des examens de Licence, un pas important dans la promotion de l'égalité des chances

La délocalisation des examens de Licence est un pas important dans la promotion du droit à la scolarisation et à l'égalité des chances, a souligné le président de l’Université Sultan Moulay Slimane (USMS), Nabil Hmina.

"Compte tenu de la situation épidémiologique actuelle et la propagation "inquiétante" du nouveau coronavirus principalement au cours de cemois de septembre, l'USMS a tenu à rapprocher autant que possible les centres d'examens des lieux de résidence de ses étudiants dans la mesure où elle amis en place 10 centres d’examens de proximité dans les provinces de Béni Mellal, FqihBen Salah, deKhouribga, Khénifra et d'Azilal ainsi que dans les communes de Tanant, Demnat, d'El Ksiba de Tagleft et d'Aghbala", a-t-il indiqué dans une déclaration à la MAP à l’occasion de la tenue des examens de la session normale de printemps de la Licence fondamentale (du 9 au 27 septembre).

La délocalisation des examens est aussi un gage de respect des mesures sanitaires en vigueur dans le Royaume, en ce sens que l’USMS a veillé, conformément aux orientations du ministère de tutelle, à ce que les examens se déroulent dans le respect le plus strict des mesures sanitaires pour assurer une sécurité extrême des étudiants, des enseignants et du personnel administratif, at-il expliqué.

Il s’agit également, selon le président de l’Université, de faire valoir le respect du droit au mérite dans le cadre d’une université citoyenne garantissant à ses étudiants qu’ils relèvent du milieu urbain, rural ou montagneux et leur droit inaliénable à la scolarisation et à la préservation de leur santé. Un total de 25.541 étudiants inscrits à l'Université Sultan Moulay Slimane vont passer les examens de la session normale de printemps de la Licence fondamentale (du 9 au 27 septembre), dans 10 centres de proximité, au titre de l'année universitaire 2019-2020.

Ainsi, l'USMS a mis en place une panoplie de mesures qui s’assigne pour objectif de renforcer et de garantir la sécurité sanitaire ainsi que l’égalité des chances entres tous les étudiants qui ont la possibilité de choisirle centre d’examen le plus proche de leur domicile pour éviter tout déplacement ou encore toute difficulté liée au logement et pour les prémunir de toute contamination au nouveau coronavirus. Ainsi, 7.411 parmi eux vont passer leurs examens de licence à distance, pour les établissements universitaires à accès régulé, via les plateformes dont ont bénéficié les étudiants pendant la période desformations lors du confinement. Ces mesures parmi d'autres interviennent dansle contexte de la crise actuelle engendrée parla propagation de la pandémie du nouveau coronavirus qui impose à l'université de prendre les mesures proactives de prévention pour l'organisation des examens de la session de printemps 2019-2020 qui se dérouleront en présentiel dans les établissements universitaires à accès ouvert, conformément à la décision du ministère de l’éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Il sera, également, procédé au renforcement des mesures barrières, à savoir le port obligatoire desmasques de protection au sein des espaces universitaires, la distanciation physique entre les étudiants, les opérations de désinfection et de stérilisation des espaces et des salles où se dérouleront les examens, tout en réduisant les effectifs en étudiants dans les amphithéâtres et les classes.

Un policier utilise son arme pour interpeller un récidiviste dangereux à Fès

Un inspecteur de police de l'équipe de soutien re- levant de la préfecture de police de Fès a été contraint, vendredi soir, de faire usage de son arme de service pour interpeller un individu aux antécédents judiciaires qui se trouvait dans un état impulsif et mettait en péril la sécurité des citoyens et des éléments de la police en utilisant une arme blanche.

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a indiqué samedi, dans un communiqué, qu'une patrouille de police était intervenue afin d'appréhender le suspect qui avait causé du chaos sur la voie publique dans la zone de Bab El Khmiss à Fès. Le mis en cause a montré une résistance farouche à la police en utilisant une arme blanche de grande taille, obligeant ainsi l’inspecteur de police à faire usage de son arme de service et à tirer une balle de sommation, avant d’en tirer une autre qui a atteint cet individu au niveau des membres inférieurs, précise le communiqué. L’utilisation forcée de l’arme de service a permis d'interpeller le suspect et de neutraliser le danger qu’il causait, a ajouté la même source, précisant que celui-ci a été placé sous surveillance médicale à l’hôpital où il a été transporté pour recevoir les soins nécessaires, et ce en attendant de le soumettre à une enquête préliminaire de la police judiciaire menée sous la supervision du parquet compétent afin de déterminer les autres crimes qui lui sont attribués.

Libé
Dimanche 13 Septembre 2020

Lu 610 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.