Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le mariage des mineures au centre d’une table ronde organisée par l’Association droit et justice

Comment mettre un terme à une grande injustice




Véritable fléau, le mariage des mineures touche, chaque année, quinze millions de fillettes de par le monde. Au Maroc en une décennie (2004-2014), plus de 102.000 unions de filles mineures (à partir de 12 à 13 ans) ont été célébrées, la moitié en milieu rural, selon un recensement réalisé par le Haut-commissariat au plan (HCP).
Souvent forcées, ces unions précoces ont des conséquences collatérales désastreuses car en plus d’assumer des responsabilités d’adultes, ces jeunes mariées se voient privées d’éducation et d'école. La pauvreté, l'ignorance et l’absence d’une législation les protégeant étant les principales causes de ce phénomène. Au niveau mondial, une fille sur trois est mariée avant quinze ans. Au Maghreb, le Maroc ne semble pas suivre la voie de ses voisins qui ont limité l’âge du mariage (Tunisie 17 ans et Algérie 19 ans). Notre loi interdit, certes, le mariage entre personnes de moins de 18 ans, mais elle autorise cependant de nombreuses dérogations qu’accordent les juges.  
Dans ce cadre, l’Association droit et justice organise le mercredi 14 décembre à partir de 15h dans un palace de Casablanca, une table ronde  sous le thème «Le mariage des mineures : problèmes et solutions», avec le soutien du Centre danois de recherche  sur  le genre, l’égalité et la diversité (KVINFO) et l’ambassade de Norvège.
Les travaux de cette rencontre à laquelle prendront  part  plusieurs personnalités politiques, intellectuelles et des droits de l’Homme    s’articuleront autour de deux axes.  Le premier permettra aux  différents experts de débattre de diverses questions liées au mariage des mineures. Ainsi,  la première intervention de Me Mourad Faouzi, vice-président de l’Association droit et justice, traitera   de cette  problématique d’un point de vue juridique.
Le 2ème axe portera sur  la contribution des partis politiques au débat en la matière et les solutions proposées en vue de mettre fin à cette injustice dont sont victimes de jeunes filles à la fleur de l’âge.  
Pour sa part,  Me Ougadoum présentera devant l’assistance quelques cas de mariage de filles mineures qui continuent malheureusement de prgresser de manière inquiétante.
 Le phénomène sera également débattu du point de vue religieux par Asmaa Lamrabet (directrice du centre d'études féminines en islam/ Rabita Al Muhammadia des oulémas du Maroc) ou le Professeur Moulay Ahmed Khamlichi (directeur Dar al hadith).
 Par ailleurs, deux représentants du ministère de la Justice et des Libertés et  du ministère de la Solidarité, de la Femme et de la Famille prendront la parole pour exposer la politique  de leurs départements respectifs  concernant le mariage des mineures.
Une discussion sur les articles 16 et 20 du Code de la famille proposée par Professeur Zirari (Faculté de Rabat), clôturera cette première séance de réflexion.
Cet échange sera consacré aux propositions d’un amendement des articles 16 et 20 du Code de la famille (Moudawana).
Si les réformes adoptées par la nouvelle Moudawana relative au droit de la famille en 2004, ont augmenté l’âge légal du mariage, le faisant passer à 18 ans, la fréquence du mariage des mineures a connu une augmentation significative ces dernières années, passant de 18.341 en 2004, à 35.152 en 2013.
Ces propositions d’amendement de lois seront débattues par des représentants de partis politiques au cours d’un second panel avant de clôturer le débat avec une présentation des recommandations de l’association.

H.T
Vendredi 9 Décembre 2016

Lu 870 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés