Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le déficit commercial se dégrade en août

L’embellie des exportations insuffisante pour empêcher le creusement de la balance commerciale




«La dynamique enregistrée au niveau des exportations à fin août n’a pas été suffisante pour empêcher le creusement de la balance commerciale», a annoncé la Direction des études et des prévisions financières (DEPF).
Tirée, particulièrement, par les secteurs de l’agriculture et agroalimentaire (+5,3%), de l’automobile (+2,2%), de l’aéronautique (+11,1%) et de l’OCP (+1,4%), elle n’a pas permis d’infléchir le déficit de la balance commerciale qui s’est creusé de 2,4% à 139,7 milliards de dirhams, en glissement annuel.
Le creusement du déficit commercial «a résulté de la hausse conjointe des exportations de 3,2% et des importations de 2,9%», a expliqué ce département relevant du ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration dans sa note de conjoncture du mois d’octobre 2019 (N°272) soulignant, parallèlement, une légère amélioration du taux de couverture de 0,2 point à 57,4%.
Selon les chiffres publiés par la DEPF, les exportations de biens se sont raffermies de 3,2% au terme des huit premiers mois de l’année pour atteindre 188,1 milliards de dirhams, grâce, particulièrement, aux contributions positives des secteurs de l’agriculture et agroalimentaire, de l’automobile, de l’aéronautique et dans une moindre mesure des phosphates et dérivés.
«Les exportations du secteur de l’agriculture et agroalimentaire se sont raffermies de 5,3% pour atteindre 41,3 milliards de dirhams à fin août 2019, soit 21,9% des exportations totales et contribuant à hauteur de 35,4% à leur accroissement», a fait savoir la DEPF dans sa note de conjoncture.
Premier secteur exportateur du Maroc avec une part de 26%, les ventes à l’étranger du secteur automobile ont pour leur part enregistré une hausse de 2,2% à 48,9 milliards de dirhams. Tandis que les expéditions du secteur de l’aéronautique se sont accrues de 11,1% pour atteindre 10,5 milliards de dirhams.
En ce qui concerne les exportations de phosphates et dérivés, la DEPF fait état d’un accroissement de 1,4% pour atteindre 34,3 milliards de dirhams, représentant 18,3% des exportations totales. Alors que celles du secteur du textile et cuir ont enregistré une baisse de 1,2% pour se situer à 25,4 milliards de dirhams, soit 13,5% des exportations totales.
De leur côté, les exportations des secteurs de l’électronique, des autres extractions minières et de l’industrie pharmaceutique ont affiché des baisses respectives de 4,4%, 10% et 1,9%.
Tirées à la hausse par les biens d’équipement, les produits finis de consommation et les demi-produits, les importations de biens se sont établies à 327,9 milliards de dirhams, en hausse de 2,9%.
En détail, les achats de biens d’équipement qui occupent le premier poste des importations avec une part de 25,9%, se sont appréciés de 7,8% pour atteindre 85,1 milliards de dirhams, contribuant ainsi à hauteur de 67,5% à la hausse des importations totales.
La DEPF a attribué cette évolution, notamment, à l’accroissement des achats des avions et autres véhicules aériens (+5,7 milliards de dirhams), des machines et appareils divers (+17,5%) et des voitures utilitaires (+35,5%).
S’agissant des importations des produits finis de consommation, il ressort des données qu’elles ont connu un accroissement de 4,8% à 74,2 milliards de dirhams, imputable, particulièrement, à l’augmentation des achats de parties et pièces pour voitures de tourisme (+5,4%), de tissus et fils de fibres synthétiques et artificielles (+10,2%) et des ouvrages divers en matières plastiques (+13,5%).
A noter que les importations de demi-produits se sont accrues, de leur côté, de 4,3% à 69,5 milliards de dirhams, alors que les approvisionnements en produits énergétiques ont baissé de 3,4% à 52,1 milliards de dirhams, ce qui correspond à 15,9% des importations totales après 16,9% l’année précédente.
Concernant les achats des produits bruts, il apparait qu’ils ont affiché un repli de 6,8% à 15,2 milliards de dirhams, alors que les importations des produits alimentaires se sont repliées de 1,6% à 31,6 milliards de dirhams, a relevé la DEPF précisant que «cette évolution incorpore un retrait des importations de tourteaux (-9,5%) et de légumes à cosse secs (-58,5%)».
Soulignons qu’à fin août, la balance des voyages fait ressortir un excédent de 38,4 milliards de dirhams, en hausse de 3,8%, un retrait du flux des investissements directs étrangers (IDE) de 30,4% qui s’est établi à 12,4 milliards de dirhams.
Quant au flux des investissements Directs marocains à l’étranger (IDME), il ressort des chiffres recueillis qu’il a plus que doublé par rapport à l’année précédente pour s’élever à 5,9 milliards de dirhams à fin août 2019.

Alain Bouithy
Vendredi 25 Octobre 2019

Lu 1135 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.