Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le déficit commercial se creuse à près de 200 milliards de DH


Alain Bouithy
Mercredi 2 Février 2022

Une évolution liée au renchérissement des importations à fin décembre 2021 (24,5%) plus important que celui des exportations (24,3%)

Faut-il s’en inquiéter ? Selon les chiffres publiés par l’Office des changes, le déficit commercial du Maroc a frôlé les 200 milliards de dirhams (précisément 199,74 MMDH) à fin décembre 2021. Il a ainsi bondi de 25% par rapport à l'année 2020.

Selon les mêmes données, le taux de couverture s’est stabilisé à 62,1% à fin décembre dernier.

En comparaison, en novembre 2021, le déficit commercial s’était établi à 181,01 MMDH en hausse de 26,4%. Il s’était affiché à 164,17 MMDH en progression de 26,6% en octobre dernier après avoir bondi à 151,84 MMDH (25,5%) en septembre de la même année.

Il est à noter que les exportations se sont situées à 326.902MDH au titre de l’année 2021 en hausse +24,3% (63,81 MMDH) par rapport à fin 2020, comme l’a relevé l’Office des changes dans son bulletin mensuel des indicateurs des échanges extérieurs du mois de décembre 2021.

Comparativement à fin 2019 (période avant la crise liée au Covid19), les chiffres couvrant cette période montrent que les ventes ont progressé de +14,9%. Ainsi que les importations qui ont atteint 526,64 MMDH correspondant à une augmentation de 24,5% (39.97 MMDH) par rapport à fin 2020 et de 7,3% par rapport à fin 2019.

Dans le détail, l’accroissement des importations de marchandises (+24,5%) est attribué à « l’augmentation des achats de l’intégralité des groupes de produits, principalement, des produits finis de consommation (+28,19 MMDH), des produits énergétiques (+25,76 MMDH), des demi produits (+22,10 MMDH) et des biens d’équipement (+13,75 MMDH) ».

Selon l’Office des changes, la hausse des importations des produits finis de consommation (+29,7%) s’explique en grande partie par l’augmentation des achats de voitures de tourisme (+46,5%, soit +5,86 MMDH) et ceux des médicaments et autres produits pharmaceutiques (+68,4% ou +5,23 MMDH) attribuable à l’acquisition de vaccins anti-Covid19.

Il est à souligner que la part des achats de produits finis de consommation dans le total des importations s’est située à 23,4%, d’après le bulletin mensuel de l’Office. La même source indique que la facture énergétique a de son côté augmenté de 51,6%. Ce, suite à « la hausse des approvisionnements en gas-oils et fueloils (+12,65 MMDH) tributaire de l’accroissement des prix de 38,5%, conjugué à l’élévation des quantités importées de 11,4%.

Qu’à cela ne tienne, à fin décembre 2021, il ressort des données recueillies que « les importations de ce produit demeurent inférieures à celles affichées à fin 2018 et à fin 2019 », a noté l’Office des changes.

S’agissant des exportations de marchandises, il ressort des mêmes données qu’à fin décembre 2021 celles-ci ont atteint 326,90 MMDH contre 263,08 MMDH un an auparavant, soit une hausse de 24,3% (+63,81 MMDH). Selon le bulletin mensuel de l’Office,

« Cet accroissement concerne, essentiellement, les exportations des phosphates et dérivés ainsi que l’ensemble des autres secteurs ». Avec une hausse de 57,1% (+29,02 MMDH) par rapport à l’année précédente les ventes des phosphates et dérivés se sont établies à 79,89 MMDH à fin décembre 2021, suite à l’augmentation de celles des engrais naturels et chimiques (+19,05 MMDH) due à l’effet prix en hausse de 71,4%.

Alors que les quantités exportées de ce produit ont accusé une baisse de 7,1%. En se situant à 83.783MDH à fin décembre 2021, les exportations du secteur automobile ont, pour leur part, progressé de 15,9% (+11,50 MMDH) en raison de la hausse des ventes du segment de la construction (+35,2%).

S’il apparait que les ventes du segment du câblage ont accusé une légère baisse de 1,9%, soit -489MDH, on retiendra aussi que le nombre de voitures de tourisme exportées a affiché une hausse de 18,6% (358.745 voitures à fin décembre 2021 contre 302.426 à fin décembre 2020).

A noter que l’accroissement des ventes du secteur «Agriculture et agroalimentaire » de 9,2% (+5,77 MMDH), s’explique par la hausse simultanée des ventes de l’industrie alimentaire de 3,59 MMDH et celles de «Agriculture, sylviculture, chasse» de 1,97 MMDH.

Il faut toutefois souligner le fait que la part des ventes de ce secteur dans le total des exportations a perdu 2,9 points, puisqu’elle est passée de 23,8% à fin décembre 2020 à 20,9% à fin décembre 2021, selon le document.

Quant à l’évolution des exportations du textile et cuir (21,6%, soit +6,46 MMDH), elle s’explique par la hausse des ventes des vêtements confectionnés de 24,8% (+4,49 MMDH) et celles des articles de bonneterie de 29,5% (+1.71 MMDH). L’Office des changes note néanmoins que «ces exportations restent en deçà de celles réalisées durant l’année 2019, soit -1,5%».

Alain Bouithy


Lu 416 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS