Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le commerce mondial des services n’est pas encore sorti de l’ornière

Les perspectives de reprise restent médiocres, selon l’OMC





Le commerce mondial des services n’est pas encore sorti de l’ornière
La reprise du commerce mondial des services n’est pas encore en vue, à en croire l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Selon les chiffres dévoilés récemment, ce segment du commerce mondial a accusé une baisse de 24% au terme du troisième trimestre de 2020 par rapport à la même période de 2019.

Comme l’a fait remarquer l’organisation internationale dans une note synthétisant l’évolution de ce secteur, « comparativement à la baisse de 30% en glissement annuel enregistrée au deuxième trimestre, cela ne représente qu’une légère augmentation qui contraste fortement avec la reprise bien plus nette du commerce des marchandises ».

C’est dire que l’évolution du commerce des services demeure critique d’autant plus qu’au terme de novembre dernier, les données préliminaires montrent qu’il était encore inférieur de 16% aux niveaux de 2019. Pour l’organisation qui édicte les règles régissant le commerce mondial, tout porte ainsi à croire que « les perspectives de reprise restent médiocres ».

L’OMC note à ce propos que de nombreux pays ont dû prendre des mesures de confinement plus strictes, accompagnées d’un durcissement des restrictions visant les voyages et les services connexes qui a été maintenu au premier trimestre de 2021, suite à une deuxième vague d’infections liées à la pandémie de Covid-19.

Dans sa note, l’organisation indique en outre que les statistiques les plus récentes confirment les attentes antérieures selon lesquelles le commerce des services serait plus durement touché par la pandémie que le commerce des marchandises, lequel n’avait perdu que 5% en glissement annuel au troisième trimestre.

Il est à souligner qu’en dépit de la demande latente, l’OMC craint qu’une bonne partie des pertes de revenus liées à l’annulation de vols, de vacances à l’étranger, de repas au restaurant et d’activités culturelles/récréatives soit permanente.

Poursuivant son analyse de la situation, l’organisation a indiqué que « les voyages restent le secteur de services le plus touché, en baisse de 68% à l’échelle mondiale par rapport à la même période de 2019 ».

Selon les statistiques publiées par l’OMC, au troisième trimestre de 2020, il apparaît que « les dépenses des voyageurs internationaux ont diminué de 88% en Amérique latine et dans les Caraïbes, de 80% en Asie et en Afrique, de 78% en Amérique du Nord et de 55% en Europe ».

Ces données montrent également qu’en dépit de l’assouplissement des restrictions de voyage en Europe observé pendant les mois d’été, la reprise du commerce des services n’a été que très modeste au troisième trimestre de l’année écoulée.

Les mêmes statistiques montrent également que le commerce des « Autres services » a continué d’enregistrer des résultats inégaux, avec un recul pour la plupart des sous-secteurs à l’exception notable des services informatiques. C’est le cas notamment de la construction, des services récréatifs, des services juridiques et des services financiers, etc.

En détail, il ressort ainsi que « les exportations mondiales de services de construction ont diminué de 16% en glissement annuel, et plusieurs exportateurs asiatiques ont enregistré de fortes baisses ».

La tendance est aussi à la baisse du côté des services audiovisuels, artistiques et récréatifs qui ont enregistré des baisses à deux chiffres de l’ordre de 14%. Tandis que les services juridiques et les services de gestion, de comptabilité et de publicité se sont distingués par une timide reprise de 1% en glissement annuel.

Les exportateurs de différentes régions enregistrant une croissance positive, les chiffres en rapport avec les services financiers montrent, pour leur part, que ceux-ci ont augmenté de 2% au niveau mondial. En hausse de 9%, en raison de l’augmentation de la demande mondiale d’informatique en nuage, de plateformes et d’espaces de travail virtuels, « les services informatiques sont restés le secteur le plus dynamique au troisième trimestre » de l’année précédente, a relevé l’organisation.

Alain Bouithy

Libé
Vendredi 29 Janvier 2021

Lu 450 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.