Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le climat général des affaires jugé normal au quatrième trimestre 2020



Les effectifs employés sont en stagnation



Au quatrième trimestre 2020, le climat des affaires a été jugé «normal» également par près de la moitié des entreprises opérant dans le secteur industriel. Il avait été qualifié de «normal» par la majorité des industriels lors du trimestre précédent. En effet, selon les résultats de l’édition trimestrielle de l’enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib (BAM), au titre du quatrième trimestre 2020, le climat général des affaires dans l’industrie aurait été «normal» selon 49% des entreprises. Pour 43% des entreprises interrogées, le climat général des affaires aurait plutôt été «défavorable», a relevé la Banque centrale précisant que cette dernière proportion varie de 20% dans l’«électrique et électronique » à 67% dans le « textile et cuir ». L’enquête fait aussi ressortir que les conditions d’approvisionnement auraient été «normales» selon la majorité (77%) des industriels et «difficiles » selon 21%. Par branche, l’enquête fait ressortir qu’elles ont été «normales» selon 86% des patrons de l’«agroalimentaire», 83% de la «chimie et parachimie », 74% de la «mécanique et métallurgie», 51% du «textile et cuir» et 44% de l’«électrique et électronique», a souligné Bank Al-Maghrib. La Banque centrale a cependant, noté que la proportion des entreprises qualifiant les conditions d’approvisionnement de «difficiles» varie entre 13% dans l’«agro-alimentaire» et 56% dans l’«électrique et électronique». Si les industriels pensent que le stock des matières premières et demi-produits aurait été à un niveau normal dans l’ensemble des branches d’activité, ils estiment que les effectifs employés durant les trois derniers mois de l’année écoulée ont connu une stagnation. Selon les résultats de cette enquête, par branche, les industriels de la «mécanique et métallurgie» indiquent une stagnation des effectifs. Tandis que dans le «textile et cuir», 62% des entreprises déclarent une stagnation et 38% une baisse. Comme le précise la Banque centrale, les proportions sont respectivement de 60% et 28% dans l’«électrique et électronique» et de 71% et 20% dans la «chimie et parachimie». En ce qui concerne l’«agroalimentaire», la majorité des patrons (78%) indiquent parallèlement une stagnation des effectifs et 17% une hausse. BAM rapporte également que «pour les trois prochains mois, 73% des industriels s’attendent à une stagnation des effectifs employés et 17% à une baisse». Soulignons par ailleurs qu’au cours de la même période les coûts unitaires de production auraient stagné selon 59% des industriels et auraient augmenté selon 33%, poursuit Bank AlMaghrib. Selon la Banque centrale, ces proportions sont respectivement de 79% et 12% dans la «mécanique et métallurgie», de 70% et 30% dans l’«agro-alimentaire», de 67% et 20% dans le «textile et cuir», de 65% et 35% dans l’«électrique et électronique» et de 35% et 49% dans la «chimie et parachimie». Concernant l’évolution de la situation de la trésorerie, 55% des industriels l’ont jugée «normale» et 44% ont soutenu qu’elle a été «difficile». Ainsi, et par branche, ces proportions sont respectivement de 80% et de 20% dans l’«électrique et électronique», de 70% et 28% dans l’«agro-alimentaire», de 55% et de 40% dans la «chimie et parachimie», de 50% dans la «mécanique et métallurgie» et de 30% et 70% dans le «textile et cuir». Si l’accès au financement bancaire a été jugé, au quatrième trimestre de l’année dernière, «normal» par 81% des chefs d’entreprise et « difficile » par 17%, les dépenses d’investissement auraient, de leur côté, connu une stagnation selon 51% des industriels et une baisse selon 30%. S’agissant des dépenses d’investissement, pour le prochain trimestre, les industriels anticipent une stagnation. 

Alain Bouithy
Mardi 9 Février 2021

Lu 158 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.