Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le chant byzantin inscrit au patrimoine de l'Unesco




Le chant byzantin inscrit au patrimoine de l'Unesco
Né au début du christianisme, le chant byzantin, un genre musical unique transmis par l'Eglise orthodoxe, a survécu jusqu'à nos jours, ce qui lui a valu son inscription mercredi sur la liste du patrimoine immatériel de l'Unesco.
Puisant dans les traditions musicales des Balkans et de l'est de la Méditerranée où l'empire byzantin s'étendait, le chant byzantin ou art "psaltique", exclusivement vocal (a capella) et monophonique, accompagne les textes liturgiques.
Ce chant des chrétiens de l'empire romain oriental est codifié en huit modes ou tons.
Il s'agit d'une musique sans modulation harmonique, au cadre modal fixe, à la différence du système tonal courant de la musique occidentale fondée principalement sur les deux modes, majeur et mineur.
"Les différents styles de rythme sont employés afin d'accentuer les syllabes souhaitées dans certains mots du texte liturgique", indique le rapport déposé à l'Unesco sur ce chant liturgique.
Pour mettre en valeur les textes bibliques, le chant byzantin a été développé surtout après le troisième siècle dans l'empire byzantin avant d'atteindre son apogée entre le 13ème et le 15ème siècle.
Grâce à la retransmission orale des "psaltes" et leur utilisation par l'Eglise orthodoxe, cette musique perdure après la chute du Byzance, dans l'empire ottoman, influençant la musique orientale populaire.
"L'influence était réciproque entre le chant byzantin et la musique populaire de la région, qu'elle soit balkanique, juive, arabe, arménienne ou syrienne", explique à l'AFP Konstantinos Siachos, directeur de l'Ecole de la musique byzantine et traditionnelle de Kalamata, dans le sud de la Grèce. Pour certains experts, des éléments de musique antique grecque se retrouvent dans l'art psaltique, considéré comme "une suite" de l'Antiquité.
Même si le chant byzantin a toujours été lié à la voix masculine, les chanteuses sont nombreuses dans les couvents et, dans une certaine mesure, dans les paroisses.
La prospérité de ce genre musical est due au dévouement d'experts et d'amateurs - musiciens, membres des choeurs, compositeurs, musicologues et universitaires - qui continuent son étude, sa représentation et sa diffusion, expliquent des musicologues.
Après l'éclatement de l'Union soviétique en 1989, le chant byzantin a repris une ampleur dans les pays orthodoxes de l'Europe de l'est, la Bulgarie, la Serbie ou la Roumanie.
Son apport musical riche dépasse le monde ecclésiastique et ses éléments "sont détectés dans la musique populaire des Balkans, turque, arabe ou grecque, généralement dans la culture méditerranéenne", souligne Konstantinos Siachos.
Principalement en grec, langue d'origine de la liturgie orthodoxe, le chant byzantin est aussi traduit en syrien, arabe, arménien ou géorgien, et reste le principal genre musical de l'Eglise chrétienne orientale.

Jeudi 19 Décembre 2019

Lu 2184 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Septembre 2020 - 15:28 Le diabète de type 2 favorisé par l’insomnie