Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le bac 2018 à eu son lot de fraudes 1621 cas recensés




Tentative d’escroquerie aux résultats

Le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a affirmé via un communiqué que les résultats de la session ordinaire des examens du baccalauréat 2018 seront annoncés à la date initialement prévue, à savoir le 22 juin.
Dans une mise au point suite aux informations relayées par certains sites électroniques prétendant publier les résultats à l'avance, le ministère a souligné que les résultats officiels des épreuves du baccalauréat au titre de la présente année seront communiqués via courrier électronique destiné aux candidats scolarisés, le site "Tarchihat" pour les candidats libres ou le portail électronique du ministère pour l'ensemble des candidats. 
Le ministère a également qualifié de "fallacieuses" les informations sur la publication des résultats sur d'autres sites électroniques, ajoutant qu'il s'agit d'une tentative pour avoir accès aux données personnelles des candidats. 
Le ministère a indiqué, par ailleurs, que l'engagement sérieux et responsable de l'ensemble des acteurs concernés a contribué au bon déroulement des épreuves de la session de juin 2018 du baccalauréat.
Le taux de présence a atteint 96,14% pour les candidats scolarisés et 54,88% pour les candidats libres, précise le ministère dans un communiqué parvenu vendredi à la MAP, notant que cette session a été marquée par la généralisation des procédures d'adaptation des épreuves pour inclure, outre les malvoyants, déjà couverts par cette procédure, les candidats scolarisés atteints d'une déficience mentale ou d'autisme.
Cette session s'est également caractérisée par la poursuite de la mise en œuvre des procédures, décidées par le ministère, visant à réduire les cas de fraude, ajoute le communiqué, relevant que seuls 1621 cas ont été enregistrés lors des épreuves de cette session contre 2091 lors des épreuves de la même session de l'année 2017, soit une baisse significative de -22,48%.
Déroulement d’un examen qui défraie de plus en plus la chronique
8 h45 : Les élèves affluent en classe et cherchent leur place.                                                                                                             
8h : La sonnerie retentit annonçant le début des examens. Tout a été vérifié, les places des candidats, leurs  numéros, leurs sacs mis de côté. Le paquet contenant  l’épreuve  est enfin ouvert.                                                                                                                                         
Le silence règne en classe où vingt candidats au baccalauréat viennent de commencer leur rédaction. On n’entend plus que  le froissement des feuilles.                                                                                        
Les oiseaux du jardin du lycée gazouillent et, de temps à autre, une brise matinale pénètre par la porte de la classe. Celle-ci est assez propre, les murs ont été repeints suite à l’initiative de l’ancien ministre  de l’Education de rafraîchir les façades des établissements scolaires et de peindre les salles de classe.                                                                                                                                      
Un tableau noir sur lequel est accroché un autre dit interactif, quelques luminaires arrachés de leur emplacement ainsi que des rideaux accrochés aux fenêtres : la salle de classe est, somme toutes, jolie.                                                              Il y a deux  inscriptions au mur. La première d’Einstein dit : «La logique  te mènera de A à  Z, mais l’imagination te portera partout ». La science, la connaissance, le savoir et l’imagination peuvent certes nous porter vers des horizons  inconnus, mais le savoir à l’école marocaine n’est-il pas devenu une contrainte ?                                                                                                                                    
Ceci  fait  aussi penser à la théorie de la relativité car, le temps d’une épreuve d’examen, l’écoulement du temps devient relatif. 
Les trois surveillants tournent en classe à un rythme long car l’examen dure trois heures. Le tic-tac des montres semble ralentir pour eux, alors qu’il semble s’accélérer pour les candidats.                                                                                                                                                                                            
Parmi ces derniers, treize filles et sept garçons. Ceux qui crient haut à l’égalité du genre peuvent être ravis, car il y a de plus en plus de filles que de garçons dans les classes. Est-ce un changement démographique ou un changement de mentalité ?                                                                                                                               
Les candidats qui s’appliquent sérieusement à répondre, lisent leurs questions et restent les yeux rivés sur leur copie jusqu’à la fin de l’épreuve. Ils ne les lèvent que pour demander une autre feuille de brouillon. D’aucuns répondent à quelques questions et tournent la tête à la recherche des regards de leurs camarades et en quête de réponses et  d’autres ne se donnent même pas la peine de  lire les questions et restent assis à scruter les mouvements des surveillants et de leurs camarades pour profiter d’un moment d’inattention et dérober des feuilles de brouillon au nez et à la barbe des surveillants.
9h30 : Certains candidats déposent leur copie car  la moitié de la plage horaire consacrée à l’examen vient de s’écouler.  
Un  drôle d’incident survient lorsque l’un des candidats demande de sortir pour faire ses besoins. L’un des surveillants appelle un membre de l’équipe pédagogique présente dans la cour pour accompagner le jeune homme et, à la surprise de tout le monde, il demande à l’élève: «  Est-ce que tu as un certificat médical qui affirme ton incapacité à te retenir ?». Le jeune homme ébahi répond « non ! »                                                                                                                                              
Il paraît que le règlement indique que les candidats n’ont pas le droit  de sortir durant l’examen. Scandalisés, plusieurs élèves protestent : «  Ils n’ont pas le droit,  on va les dénoncer via Facebook et WhatsApp. Pourquoi doit-on se retenir jusqu’à la fin de l’examen ? ». 
Les réseaux sociaux semblent se transformer  de plus en plus en arme de protestation. Cela  montre à quel point les réseaux de la Toile influencent le quotidien de notre société et à quel point notre société est en mutation.
Le fait que des franges de plus en plus larges de la population  utilisent ces réseaux au quotidien et qu’il soit désormais possible  de mobiliser via le Net a créé une illusion dangereuse. Quels que soient nos desiderata, nous pouvons trouver sur Internet et les réseaux sociaux des amis, des pairs, des alliés convertis à notre cause.                                                                                                                                         
10h30 : Le directeur du centre d’examen vient de faire son entrée en classe pour sa visite de routine. Pas d’incident enregistré, tout va bien ; rassuré, il sort de la classe pour en visiter d’autres.                                                                                                                                              
11h : La sonnerie retentit ; les surveillants s’activent pour recueillir les dernières copies, les  ranger par ordre numérique et ensuite les trier dans un paquet  pour les remettre au centre de collecte des copies d’examen.                                                                                          
En quittant la salle,  le regard ne peut se dérober à la deuxième citation inscrite sur le mur. Elle est de Marie Curie, cette fois-ci : «Rien dans la vie n’est à craindre, tout doit être compris. C’est maintenant le moment de comprendre davantage, afin de craindre moins ». 
 

Hayat Elyacoubi (Stagiaire)
Lundi 11 Juin 2018

Lu 766 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés