Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Réseau pour un logement décent plaide pour une caisse verte

La défense de l'intégration de l’habitat vert constitue une priorité




Le Réseau marocain pour le logement décent revient sur sa participation à la COP 22, tenue du 7 au 18 novembre dernier à Marrakech. Un membre de la Coalition marocaine pour la justice climatique plaide pour l’établissement d’une justice climatique visant à garantir le droit à un logement décent et la préservation de l'environnement et des ressources, (forêt, eau, terre, mer, ...) pour tous les peuples, en particulier les pays vulnérables et moins avancés.
Il y va sans dire qu’un logement décent, au centre des luttes du Réseau, reste tributaire de l’éradication de  la pauvreté et la préservation de  la sécurité alimentaire pour tous les citoyens du monde. Le Réseau appelle à la mise en œuvre de la caisse verte au profit de la population la plus vulnérable qui est  touchée directement par le changement climatique en mettant en place des projets concrets. Le Réseau appelle à la création d’un front uni pour la défense de la justice climatique au niveau des pays  du  Maghreb,  des pays arabes et méditerranéens, de l’Afrique et au niveau  international.
La défense de l'intégration de l’habitat vert constitue une priorité parmi les  alternatives pour lutter contre l'utilisation des énergies polluantes dans le domaine de la construction. Et c’est pourquoi, la déclaration du Réseau plaide clairement en faveur de la réduction de la température de 1,5 degré Celsius convenu par les Etats parties.
En effet, le changement climatique n’est que le résultat de l'utilisation des gaz  toxiques et à effet de serre, qui affectent directement les pays en voie de  développement et les pays pauvres en particulier, ce qui requiert des solutions efficaces pour atténuer les effets du changement climatique en cas de catastrophes, telles que la désertification, les inondations et les guerres qui entraînent des miliers de morts et des sans-abri ainsi que la déportation de centaines de résidents.
Partout dans le monde, la sécurité des populations est menacée à la fois par l'utilisation continue des combustibles fossiles et le développement intensif de l’industrie, d’où le danger imminent qui guette la planète, indique la déclaration du Réseau.
Et de conclure que la convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique serait inutile, si elle n’était pas  appliquée réellement et rapidement, parce que le danger résultant de l'utilisation des énergies polluantes par certaines grandes puissances fera augmenter la température du globe terrestre, ce qui pourrait causer des dommages dans un proche avenir.

Nouri Zyad
Samedi 17 Décembre 2016

Lu 806 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés