Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc, un pays engagé au regard de ses progrès en matière de transition vers les énergies renouvelables


Libé
Mercredi 16 Décembre 2020

Le Maroc est un pays engagé au regard, à la fois, de son ambitieuse contribution nationale surle climat, mais aussi très concrètement, des progrès en matière de transition vers les énergies renouvelables, a souligné le directeur de l’Agence française de développement (AFD) au Maroc, Mihoub Mezouaghi. L’étape qui s’ouvre est celle d’une plus forte décarbonation de l’économie marocaine pour renforcer sa résilience mais aussi tirer parti des importantes opportunités induites par les mutations du marché européen, quisera lui-même plus ouvert à des biens à faible intensité carbone, a relevé M. Mezouaghi dans une interview accordée à la MAP, à la veille du 5ème anniversaire des accords de Parissur le climat. En ce sens, a-t-il poursuivi, le New green Deal et la stratégie PowertoX,fortementsoutenus par l’Union européenne etsesEtatsmembres, proposent un cadre stratégique bilatéral fertile pour adapter toute la chaîne de valeur industrielle et agricole, en amont par l’approvisionnement du tissu économique en énergie sobre en carbone et en aval par desmodes de production et de consommationmoins énergivore. M. Mezouaghi a, par ailleurs, souligné que cinq ans aprèsles accords de Paris sur le climat, "nous sommes tous plus conscients de l’impératif d’accélérer la transition de nos modèles de développement".La trajectoire de hausse destempératures à plus de 3°C pointée par les prévisions duGIECn’a pas encore été inversée, et ce en partie à cause d’une mobilisation insuffisante de la finance climat, a-t-il déploré. Pours’approcher d’une neutralité carbone à l’horizon 2050, qui correspondrait à une hausse des températures de seulement 1,5°C, près de 4000 à 5000 milliards de dollars doivent être investis dans la transition écologique dans le monde, a-til fait observer, ajoutant qu’aujourd’hui, la finance climat est estimée à seulement 400 à 500 milliards de dollars par an. "C’est d’ailleurs ce constat qui a conduit l’AFDà réunir en novembre près de 450 banques publiques de développement pour aligner nos agendas climat", at-il fait savoir, rappelant dans ce sens que les conséquences environnementales, économiques et sociales seront plus importantes dans les pays les plus vulnérables, alors même que ces pays sont les moins contributeurs en matière d’émission de CO2.


Lu 633 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS