Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc réaffirme son engagement à soutenir l'action islamique commune en matière de santé




Le Maroc a réitéré, lundi à Abu Dhabi, son engagement effectif à soutenir l'action islamique commune en matière de santé. Le Royaume veille à mettre en œuvre les programmes à caractère social convenus lors des précédentes sessions de la Conférence islamique des ministres de la Santé, tant sur le plan national, régional, arabe ou islamique, a souligné le secrétaire général du ministère de la Santé, Abdelilah Boutaleb, qui s'exprimait à l'ouverture de la septième session de la Conférence des ministres de la Santé de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), qui se tient dans la capitale émiratie.
Le Maroc aspire à davantage de coordination et de coopération inter-islamique dans les domaines prioritaires du programme d'action stratégique de l'organisation relatif à la santé (2014-2023) et les programmes de partenariat et de coopération conclus entre l'OCI et les organisations internationales concernées par la santé, a-t-il dit, ajoutant que les pays islamiques ont consenti de grands efforts afin de mettre en action le plan stratégique de l'OCI.
Il a relevé, sous cette rubrique, que le ministère marocain de la Santé a pris une batterie de mesures en vue de la mise en œuvre effective de cette stratégie, l'objectif étant d'améliorer les indices de la santé pour les quinze prochaines années, s'inspirant en cela des hautes orientations Royales, notant que la couverture maladie universelle, lancée au Maroc depuis 2002, est une expérience pionnière pour la réalisation du développement socioéconomique.
Après avoir expliqué que la couverture maladie universelle au Maroc se compose de deux régimes, à savoir l'assurance maladie obligatoire et le régime d'assistance médicale, le responsable a souligné que l'atteinte de la couverture maladie universelle est un levier pour la réalisation du développement escompté.
L'assurance maladie obligatoire de base ne touche que 62,7 % selon les chiffres de 2018, a-t-il mis en relief, signalant que le ministère aspire à porter ce chiffre à 90 % à l'horizon 2021.
Il a, par ailleurs, expliqué que dans le cadre de la nouvelle politique du Maroc en matière d'immigration et d'asile, visant l'intégration des migrants et réfugiés au sein du tissu socioéconomique, cette catégorie est désormais prise en charge par l'Etat pour bénéficier des prestations de santé et des soins médicaux.
Le programme de cette conférence comprend plusieurs sujets relatifs au renforcement de la coopération dans le domaine de la santé, la prévention des maladies transmissibles et non transmissibles et leur traitement, la santé de la femme et de l’enfant, la fourniture de médicaments, de vaccins et d’équipements médicaux, les cas d’urgence et de catastrophe, le développement de l'enseignement et des recherches dans ce domaine et la couverture maladie universelle.

Mercredi 18 Décembre 2019

Lu 1603 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif