Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc ambitionne de disposer d'une industrie énergétique




Le Maroc à l’instar des pays en développement et émergents veut une transition de simple producteur de l'électricité à partir de l’énergie renouvelable à un partenaire de pays et de grandes compagnies internationales disposant de l’industrie énergétique, a indiqué dimanche à Abou Dhabi, Abdelaziz Rabbah, ministre de l'Energie, des Mines et de l’Environnement.
Ainsi, il est indispensable d’impliquer la recherche scientifique et la création de l’industrie des équipements énergétiques en partenariat avec les pays en développement, a souligné M. Rabbah lors de la 10ème Assemblée générale de l’Agence internationale de l'énergie renouvelable (IRENA), mettant en avant la politique tracée par le Maroc en la matière.
Et d’ajouter que le Royaume mobilise un million de dollars pour la recherche scientifique dédiée aux énergies renouvelables, notant que le Maroc abrite dans le cadre de partenariats avec des pays et compagnies internationales des centrales énergétiques telles que les panneaux éoliens et solaires.
M. Rabbah a passé en revue les efforts entrepris par le Maroc pour l’amélioration du climat d’investissement dans les énergies renouvelables, à travers notamment la réforme de la législation et la fiscalité ainsi que la simplification des procédures administratives.
Par ailleurs, le ministre de l'Energie, des Mines et de l’Environnement a fait observer que l’énergie connaît, à la lumière des tensions mondiales, une transition qualitative qui nécessite la mise en place d’une plate-forme logistique internationale, faisant part de l’engagement du Maroc d’œuvrer dans ce sens avec ses partenaires européens et africains.
Organisée du 10 au 12 janvier 2020, l'AG de l'IRENA qui a connu la participation de 1500 personnalités de haut niveau dont des chefs de gouvernement, des ministres, des directeurs d'organisations internationales et régionales et des établissements financiers et de sociétés du secteur privé, a été marquée par l'organisation de trois réunions ministérielles.
Ces réunions portaient sur le financement des mesures de lutte contre le changement climatique, en parallèle avec la mise en place de politiques climatiques, l'hydrogène propre et son rôle dans l'éradication du carbone dans des secteurs tels que les transports, l'industrie et l'énergie hydroélectrique.
La 10ème AG de l'IRENA précède la tenue du Sommet mondial sur l'énergie du futur.
Conduite par M. Rabbah, la délégation marocaine comprenait des responsables de l'Office national de l’électricité et de l'eau potable, de l'Agence marocaine pour l'énergie durable (MASEN), de l'Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN) et de l'Agence marocaine pour l'efficacité énergétique (AMEE).

Mercredi 15 Janvier 2020

Lu 966 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif