Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le CMC consacre un spécial aux “Enjeux de la loi de Finances 2019’’




Le Centre marocain de conjoncture (CMC) a consacré le dernier numéro (no 307) de sa publication mensuelle ‘’Maroc Conjoncture’’ aux ‘’Enjeux de la loi de Finances 2019’’, thème décliné en plusieurs axes.
Selon la publication, le budget 2019 se veut en faveur de la croissance économique et le progrès social. Le projet de loi de Finances (PLF) 2019 affiche en effet parmi ces orientations prioritaires le soutien à l’investissement privé et à l’entreprise en vue de stimuler la croissance et le renforcement des politiques sociales.
En même temps, relève-t-on, le PLF fait de la restauration des équilibres macroéconomiques et de la maîtrise de l’endettement un objectif tout aussi prioritaire et augmente, dans un effort de mobilisation de recettes additionnelles, la charge fiscale, rapporte la MAP.
‘’Le PLF se présente donc comme un budget aux objectifs hybrides, voire potentiellement contradictoires, qui flatte les impératifs budgétaires tout en revendiquant une vocation sociale et de soutien à l’économie’’, a noté le CMC.
Dans un deuxième axe consacré à ‘’La politique budgétaire à la croisée des chemins’’, la publication estime que le déficit budgétaire et son corollaire l’endettement public ne sont pas un problème en soi, ''ils ne sont pas non plus la solution à toutes les dérives de l’économie ''.
La crédibilité et l’efficacité des politiques budgétaires sont appréciées au travers de ces deux variables essentielles.
Les institutions internationales et les agences de rating déterminent, en relation avec le niveau d’activité et celui du taux d’intérêt réel, la valeur limite et le plafond à accorder au déficit et à la dette qui au-delà desquels la politique budgétaire pourrait être considérée comme intenable et le niveau de l’endettement excessif pour provoquer à terme un problème de solvabilité, fait observer le mensuel.

Ces seuils et critères prudentiels, ajoute-t-on, sont établis pour servir de garde-fous dans la gestion budgétaire et ne peuvent aucunement concerner et avoir la même amplitude indistinctement pour toutes les économies. Leur interprétation dépend en effet du mode de fonctionnement de l’économie soumise à l’étude, de ses performances, de la nature des dettes, de la conjoncture environnante, ainsi que du stade où elle se trouve dans le cycle économique.
Le mensuel s’est, par ailleurs, interrogé : ‘’Budget et cycle des affaires : Quel soutien à l’investissement et à l’entreprise ?''. Et de répondre : la vision de développement adoptée par le Maroc repose, en guise de vecteur porteur de la croissance et dans une large part, sur la promotion et l’encouragement des investissements tant domestiques qu’étrangers.
Cet axe stratégique, a poursuivi la publication, est doté d’un ensemble de mesures, répartis entre un cadre dit, du droit commun et selon des procédures conventionnelles ou contractuelles à conclure avec l’Etat pour préciser les engagements spécifiques des parties prenantes.
Une panoplie de mesures d’incitation est alors accessible aux promoteurs qui peuvent bénéficier d’avantages de type foncier, financier, fiscal et douanier... Parallèlement, le Royaume s’emploie à offrir un environnement favorable à l’investissement en adoptant des mesures d’amélioration du climat des affaires, en encourageant le partenariat public-privé et en essayant d’améliorer la gouvernance, ajoute-t-on.
Dans un autre axe consacré au ‘’social dans le PLF 2019’’, la publication estime que le projet de loi de Finances (PLF) de 2019 a accordé la priorité aux programmes sociaux dans les domaines de l’enseignement, de la santé et de l’emploi tout en soutenant les programmes dédiés à la protection sociale. L’accélération des programmes sociaux a pour objectif de réduire les déficits sociaux qui persistent encore et de lutter contre les disparités sociales et territoriales, qui représentent des objectifs stratégiques pour l’Etat.
Concernant l’impact du budget 2019 sur la croissance, le mensuel relève que le budget prévisionnel pour l’exercice à venir se propose, au vu des orientations prioritaires retenues, de mettre l’accent sur la dimension sociale des politiques publiques pour faire face aux déséquilibres persistants en matière de revenus, d’emploi et de niveaux de vie.
Concernant le volet économique, la publication indique que l’option principale porte sur la poursuite de l’effort de transformation structurelle et de diversification productive à travers l’accélération des programmes de développement sectoriels. La hausse des principaux agrégats de dépenses semble conférer à la programmation budgétaire pour l’exercice à venir une orientation apparemment expansive. La consolidation des différents effets attendus de la programmation budgétaire pour l’année 2019, tenant compte de la dynamique des comportements des ménages et des entreprises, conduit cependant à un effet global limité sur l’activité, conclut le mensuel.

Jeudi 22 Novembre 2018

Lu 468 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.