Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La sensibilisation, premier bouclier contre les fake news




La sensibilisation et l'éducation des usagers du net sont les deux mots clés pour la lutte contre les "fake news", ce phénomène mondial qui vient altérer le paysage médiatique, causant d’énormes dégâts en termes de sécurité, a souligné, mardi à Rabat, Hassane Saoudi, expert en stratégie et sécurité et chercheur associé à l'Institut Royal des études stratégiques (IRES). "C’est la responsabilité partagée des parents, de l’école et des médias professionnels, ces derniers étant tenus d’informer le public pour limiter le champ d’action de la communication alternative, via les médias sociaux", a estimé M. Saoudi qui était l’invité de «Face à la MAP». Il a rappelé, en ce sens, l'obligation pour les services publics de communiquer afin de tenir le citoyen informé de leurs actions, leurs performances et leur savoir-faire, conformément à l'article 27 de la Constitution relatif au droit d’accès à l’information. Mais certains médias sociaux ignorent et bafouent les règles déontologiques à dessein pour diffuser des fake news, qui produisent des effets négatifs sur le moral de la population et exacerbent le sentiment d’insécurité, at-il expliqué. Erasme, philosophe du 15ème siècle, disait : "L’esprit de l’Homme est ainsi fait, que le mensonge a cent fois plus de prise que la vérité". Cela reste malheureusement valable sous l’emprise de la technologie, tient à souligner M. Saoudi, colonel de la gendarmerie Royale aujourd’hui à la retraite. Le sentiment d’insécurité pourrait être exaspéré par la rumeur, le boucheà-oreille ou par certains médias sociaux qui ont "une capacité de viralisation extraordinaire", a-t-il relevé, ajoutant que l’usager du numérique devrait intégrer cette nouvelle donne pour ne produire que les faits réels, car sa responsabilité est engagée. "La technologie est un support, elle est neutre et n’est pas responsable de ce qu’on y met", a dit l’expert marocain, qui a insisté sur la sensibilisation pour développer un esprit critique chez le consommateur de l’information et y renforcer le devoir de vérité et de sincérité. Tout en respectant les bonnes pratiques, l’utilisateur du net devrait toujours avoir à l’esprit les responsabilités pénales en cas d’inobservation des règles de la loi, a-t-il mis en garde, ajoutant que le problème se pose essentiellement avec certains usagers des réseaux sociaux qui ignorent souvent que cet espace de liberté est aussi un espace de responsabilité. Evoquant la question des statistiques de la criminalité et leur communication, M. Saoudi a indiqué que ces statistiques relèvent de «la sécurité objective» qui repose sur des données réelles et non pas de la «sécurité subjective» qui rend compte de la perception du citoyen. Les statistiques en général sont de ce fait des outils pédagogiques destinés à cartographier la réalité de la criminalité et à sensibiliser, éduquer et booster la vigilance des citoyens, sans laquelle la société perd sa cohésion, a-t-il noté. «Néanmoins, là aussi, elle doit rassurer, asseoir la confiance et non alarmer. Une bonne communication ciblée renforce la résilience sociétale indispensable à la sécurité collective», a dit M. Saoudi. Pour immuniser les citoyens contre les "fake news", le chercheur de l’IRES estime utile d’adopter une stratégie basée sur «une prévention dynamique», axée essentiellement sur la visibilité quotidienne des autorités et des services de sécurité et le raffermissement du lien social entre la population et les institutions de l’Etat. «Ce dispositif préventif permet de rassurer la partie saine de la population et de dissuader la minorité incivique», souligne-t-il, jugeant également nécessaire d’avoir une '’sécurité judiciaire’’, comme signalée dans le discours Royal du 20 août 2009, garante de l’efficience, de l’équité et de la crédibilité. Toujours dans le cadre des efforts visant à immuniser les citoyens contre les fake news, M. Saoudi met l’accent sur l’importance de la mise en place de ’’l’Observatoire national de la criminalité’’, en tant qu’outil d’analyse et d’évaluation, qui constitue une réforme majeure de nature à raffermir le sentiment de sécurité chez le citoyen.

Libé
Mercredi 25 Décembre 2019

Lu 1541 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 17:03 Le collectif Parité maintenant monte au créneau