Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La section locale du parti à Essaouira organise un colloque

L’USFP relance le débat autour des schémas de développement local




A l’occasion du cinquantenaire du Parti des forces populaires, et dans le cadre de son programme de formation continue élaboré à l’adresse des militantes et militants de l’USFP à Essaouira, la section locale a organisé samedi 11 avril 2009 un colloque autour du thème “L’impact des schémas de développement économique et social sur le processus de développement local”. L’objectif étant de renforcer les capacités des Usfpéistes dans la province d’Essaouira en les dotant de savoir-faire nécessaire pour élaborer des plans d’action locaux à l’horizon des communales de juin 2009.
La séance d’ouverture a été marquée par l’allocution de Lahcen Outghit, secrétaire de la section locale du parti, qui s’est longuement arrêté sur la médiocrité du bilan de l’expérience communale à Essaouira depuis les élections de 2003. Outre l’absence de toute stratégie de développement territorial, le mandat actuel a été marqué par le manque de formation des édiles, la faiblesse du système de prise de décision  et de suivi. Chose qui reflète un système relationnel  qui se détache des valeurs de l’institution, pour être alimenté par des enjeux  et des relations d’intérêts axées sur des personnes.
Mohammed Akrich, secrétaire provincial du parti à Essaouira, et Mohammed Belkouri du secrétariat régional à Marrakech, ont, pour leur part, insisté sur l’importance de l’élaboration de schémas locaux par les différentes instances locales du parti, vu la grande marge de liberté qu’accorde le parti à ses acteurs au niveau local et régional. Abdelali Bencheckroun a cerné le sujet débattu sur le plan théorique et méthodologique. Pour lui, les plans de développement sont le fruit  d’un travail participatif créateur et générateur de compétences et de richesses. C’est un ensemble de mécanismes coordonnés qui permettent   la réalisation d’objectifs bien définis et priorisés, selon un calendrier bien établi via un plan d’action compatible avec les résultats escomptés. Les schémas de développement des communes, ajoute-t-il, favorisent le désenclavement du territoire local, la rationalisation de l’exploitation des ressources naturelles et l’aménagement du territoire de façon intégrée et équilibrée. D’après Abdelali Bencheckroun, la province d’Essaouira recèle des potentialités naturelles et touristiques qui devraient être capitalisées et exploitées de façon rationnelle et réfléchie.
L’intervention de Mounir Chercki a mis en exergue les interférences entre les plans de développement nationaux  et les schémas de développement local. Ce qui implique une appropriation et une assimilation claire des stratégies nationales à adapter aux spécifités locales. À cet effet, les acteurs locaux sont appelés à élaborer des schémas de développement  qui répondent de façon claire et réaliste aux besoins réels   au niveau local. La dynamique de décentralisation, ajoute-t-il, et la nouvelle Charte communale   permettent aux communes d’être de vrais acteurs économiques pour réaliser le développement des organes décentralisés. Pour lui, le schéma de développement local  est un outil de proximité, de concertation et de mobilisation collective en vue d’aboutir à une vision partagée d’un processus de développement durable et intégré.
Ce colloque qui avait ciblé 90 militantes et militants usfpéistes, a été marqué par l’intervention de Said Hmaim, président de la municipalité de Hanchane gérée par l’USFP depuis 2003, et qui a présenté les grands axes de l’expérience de sa commune quant à l’élaboration d’un schéma de développement local. Une expérience qui constitue une première au niveau de la province d’Essaouira, et qui avait permis, entre autres, la mobilisation de tous les intervenants locaux dans le cadre d’ateliers consultatifs et de groupes de travail thématique, le diagnostic et l’analyse des potentialités et problématiques de la commune, ainsi que l’élaboration d’un plan d’action prioritaire, d’où la possibilité pour les édiles locaux d’avoir une meilleure visibilité quant aux besoins réels de leur commune.

Abdelali Khallad
Mercredi 15 Avril 2009

Lu 136 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés