Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La récupération de Sidi Ifni, évènement phare dans le processus du parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume

Les Aït Baâmrane ont dit non à la nationalité espagnole




Le peuple marocain, et à sa tête la famille de la résistance, célèbre, ce vendredi, dans un climat de fierté et de patriotisme, le 48-ème anniversaire du retour de Sidi Ifni à la mère patrie, un évènement phare dans le processus de parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume.
Cet évènement offre ainsi une occasion pour se remémorer l’histoire de la résistance nationale menée pour l’affranchissement de la patrie du joug du colonialisme et le recouvrement de son indépendance, dans un esprit de mobilisation constante, de patriotisme sincère et de communion nationale entre les fils des différentes régions du Royaume, autour du glorieux Trône alaouite.
En effet, les valeureux membres des tribus Aït Baâmrane avaient administré, à cette occasion, une preuve vivante de bravoure, de nationalisme et de lutte contre le colonialisme, signant ainsi une page glorieuse de l'Histoire du Maroc.
Le soulèvement des Aït Baâmrane demeure sans conteste un sursaut populaire contre les autorités d'occupation qui avaient décidé d'imposer, en 1946, la nationalité espagnole aux habitants. Ces tribus ont même été le fer de lance de la résistance nationale dans le Sud du Maroc et les pourvoyeurs des nationalistes du Nord en armes à travers leurs cellules de résistance. Ce faisant, elles affirmaient leur attachement à leur marocanité et au Trône alaouite.
De par sa situation stratégique et ses ressources, Sidi Ifni était convoitée par l'Espagne qui l'a occupée en 1934 et l'a déclarée "Capitale du gouvernement d'Afrique du Nord espagnole".
Le soulèvement, en 1957, des tribus Aït Baâmrane sous la conduite du glorieux Trône alaouite et en étroite collaboration avec la famille de la résistance, constitue une autre étape importante vers le recouvrement de la liberté et de l'indépendance.
En 1963, le regretté Souverain SM Hassan II avait saisi l'occasion d'une escale à Madrid pour rappeler au chef de l'Etat espagnol de l'époque que le Maroc entendait, en toute légitimité, reprendre l'enclave d'Ifni sous sa souveraineté.
Après d'intenses négociations engagées sous l'égide du Comité des Nations unies pour la décolonisation, le Royaume est parvenu à faire valoir son droit naturel et légitime à la récupération de cette partie intégrante de son territoire. Les couleurs nationales furent hissées le 30 juin 1969 dans le ciel de Sidi Ifni, à la grande joie du peuple marocain tout entier.
La ville a eu, le 18 mai 1972, le privilège d'accueillir Feu SM Hassan II, qui a ainsi consacré l'importance et l'intérêt accordés au Sud du Maroc.
Les événements historiques de Sidi Ifni et d'autres régions du territoire national ont eu pour effet de consolider l'esprit patriotique qui anime tout un chacun et de conforter la détermination des nationalistes à consentir le sacrifice suprême pour le triomphe de leur cause.

Vendredi 30 Juin 2017

Lu 908 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés