Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La randonnée, meilleur allié du cerveau

Une activité considérée comme un stimulant ayant la capacité d’aider à résoudre des problèmes de manière plus intelligente




Nombreux sont ceux qui, une fois connectés à la nature, se sentent dans leur élément. Bénéfique aussi bien pour le corps que pour l’esprit, la randonnée est l’un des multiples symboles de cette connexion. Et si ce bien-être n’était pas uniquement une vue de l’esprit ? Et si marcher dans les bois, parcourir les sentiers de montagnes, écouter le bruit d’un cours d’eau, rester bouche bée devant les paysages, les oiseaux ou encore les feuillages colorés croisés, avait des effets positifs sur notre santé ? C’est d’ailleurs la teneur d’une étude parue sur lifehack.org, site de connaissances pratiques et adaptables, dédiées à l’amélioration de la santé, du bonheur et de la productivité.
En se basant sur un ensemble d’études scientifiques, il y est clairement explicité que les médecins sont d’accord avec la thèse selon laquelle la randonnée peut transformer en bien le cerveau humain. Une conclusion émanant des constatations de plusieurs experts, démontre que cette activité procure de précieux bienfaits sur la santé générale et mentale en particulier.
A commencer par les personnes qui ont l’esprit taraudé par des pensées négatives, de l’anxiété, de la dépression mais encore des crises de boulimie, ou pis un trouble de stress post-traumatique. Afin de mettre la lumière sur les effets du temps passé dans la nature chez les personnes souffrant desdits symptômes, des chercheurs ont comparé les conséquences de la randonnée à la fois sur un groupe de randonneurs en milieu urbain et naturel. Ils ont constaté que ceux qui ont marché pendant 90 minutes dans la nature se sentaient mieux. Leurs pensées négatives ont été chassées et l’activité neuronale dans le cortex préfrontal subgenual, principalement associé à la maladie mentale, a été réduite. Tandis que ceux qui avaient flâné en milieu urbain n’ont ressenti aucun bienfait. En conclusion, les scientifiques ont révélé que «notre monde devient de plus en plus urbain et l’urbanisation est liée à la dépression et à d’autres formes de maladie mentale ». « Visiblement, nous éloigner d’un environnement urbain et passer du temps à l’extérieur où il y a moins de stress mental, moins de bruit et moins de distractions peuvent être bénéfiques pour notre santé mentale», ont-ils conclu.
En plus de sa faculté à chasser les mauvaises pensées, la randonnée est également considérée comme un stimulant ayant la capacité de vous aider à résoudre des problèmes de manière plus intelligente. Pour parvenir à ce résultat, Ruth Ann Atchley et David L. Strayer de l’université du Kansas aux Etats-Unis ont envoyé dans la nature plusieurs participants en «Digital Detox», c'est-à-dire, sans avoir le droit d’utiliser la technologie. Ensuite, il leur a été demandé de résoudre des problèmes complexes. Edifiants, les résultats ont démontré que les participants en complète immersion dans la nature se sont distingués par des performances accrues de 50% au moment de trouver les réponses aux problèmes posés.
Pour le duo de scientifiques, la technologie ainsi que le bruit des zones urbaines monopolisent notre attention et par conséquent réduisent drastiquement notre pouvoir de concentration tout en affectant nos fonctions cognitives. De ce fait, il est conseillé de se balader le plus souvent dans un milieu naturel, sans oublier d’enfermer à double tour les smartphones au fond d’un tiroir, dans le but de profiter pleinement des faveurs de la randonnée : réduire la fatigue mentale, apaiser notre esprit et nous aider à penser de façon créative.
Dernier avantage de la randonnée et non des moindres, diminuer les troubles de déficit de l'attention et de l’hyperactivité (TDAH) chez les enfants. Concrètement, les chérubins souffrant de ce mal éprouvent toutes les difficultés du monde à maîtriser leurs impulsions. Une situation qui peut rapidement prendre des airs de calvaire pour les parents. Heureusement, dans ce cas, l’espoir n’est pas qu’une utopie. Il est bien réel. Dans une étude menée par Frances E. Kuo et Andrea Faber Taylor, docteurs en philosophie, il est révélé que l’exposition de ces enfants à des activités de plein air et dans la nature, réduirait sensiblement les TDHA. Par exemple, une sortie dans un parc, une randonnée, ou même se mettre devant une fenêtre donnant sur un paysage de verdure, participeraient grandement à soulager les symptômes du TDAH.
De plus en plus prescrite par les médecins aux quatre coins du monde à l’instar de la Californie, la randonnée est donc nouvellement perçue comme un véritable remède aux maux du corps et de l’esprit. D’autant plus que cette solution alternative à la médecine conventionnelle se trouve être l’un des sports et activités physiques les plus faciles et les moins chers qui existent, et est agrémentée d’une bonne dose d’amusement et de gaieté. Alors qu’est-ce que vous attendez ? Rangez au plus vite vos technologies, portez vos baskets et partez à la découverte de la nature.

Chady Chaabi
Mardi 28 Août 2018

Lu 7389 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés