Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La production et les ventes dans l’industrie rechutent en novembre


La baisse concerne toutes les branches d’activité, selon Bank Al-Maghrib



Après deux mois consécutifs de hausse, la production et les ventes du secteur industriel ont enregistré une baisse au titre du mois de novembre 2019, selon les chiffres publiés par Bank Al-Maghrib. La baisse d’un mois à l’autre des indicateurs d’activité dans l’industrie intervient ainsi après les hausses observées au cours des mois d’octobre et de septembre derniers et qui avaient concerné l’ensemble des branches d’activité à l’exception de l’«agro-alimentaire» ; laquelle avait connu une stagnation en septembre. Selon les résultats de l’enquête mensuelle de conjoncture de la banque centrale du mois dernier, « la production et les ventes auraient connu un repli dans toutes les branches d’activité. Par destination, les ventes locales auraient reculé, alors que les exportations auraient stagné ». A en croire Bank Al-Maghrib, les commandes auraient globalement diminué notamment dans l’«agro-alimentaire» et dans la «chimie et parachimie», alors que dans le «textile et cuir» et la «mécanique et métallurgie», elles auraient plutôt stagné. Tandis que les carnets de commandes se seraient situés à un niveau inférieur à la normale et ce, dans l’ensemble des branches d’activité. En détail, l’enquête a révélé que la production de la branche «agroalimentaire» aurait reculé et les ventes auraient connu une baisse aussi bien sur le marché local qu’étranger. Dans ces conditions, le taux d’utilisation des capacités (TUC) se serait établi à 70%, a fait savoir Bank Al-Maghrib, soulignant que les commandes se seraient repliées, avec un carnet qui se serait situé à un niveau inférieur à la normale. Quoi qu’il en soit, « pour les trois prochains mois, les chefs d’entreprise s’attendent à une hausse de la production et des ventes, avec près d’une entreprise sur quatre déclarant ne pas avoir de visibilité quant à l’évolution future de l’activité », a noté BAM. De son côté, la production de la branche « textile et cuir » aurait enregistré, en novembre 2019, une baisse qui aurait concerné l’ensemble des sous-branches hormis l’« industrie textile » où elle aurait augmenté, a observé la banque Ventrale relevant une baisse du TUC à 71%. Dans son enquête, Bank AlMaghrib a aussi fait état du recul des ventes consécutif à la baisse dans l’«industrie de l’habillement et des fourrures», alors qu’elles auraient connu un accroissement dans l’«industrie textile» et dans l’«industrie du cuir et de la chaussure». Il est à souligner que, « par destination, le recul des ventes aurait concerné aussi bien le marché local qu’étranger », selon BAM qui a toutefois noté une stagnation des commandes recouvrant une baisse dans l’«industrie textile» et dans l’«industrie de l’habillement et des fourrures » et une hausse dans l’«industrie du cuir et de la chaussure». Poursuivant l’analyse des résultats de son enquête, Bank Al-Maghrib a relevé que le carnet de commandes se serait situé à un niveau inférieur à la normale dans toutes les branches à l’exception de l’«industrie du cuir et de la chaussure » où il aurait été à un niveau supérieur à la normale, a-t-elle souligné. Comme dans l’«agroalimentaire», les industriels de la branche « industries textile et cuir » anticipent une progression de la production et des ventes pour les trois prochains mois. Un optimisme mesuré puisque « près d’une entreprise sur quatre déclare ne pas avoir de visibilité quant à l’évolution future de l’activité », a fait remarquer la banque centrale. Autre baisse relevée dans cette enquête, celle observée dans la branche « chimie et parachimie » où le TUC aurait reculé de 78% à 75% et les ventes auraient connu un repli, reflétant une diminution sur le marché local. Selon les données de BAM, les expéditions à l’étranger auraient enregistré une hausse, alors que « les commandes auraient reculé, avec un carnet de commandes qui aurait été à un niveau inférieur à la normale ». A propos toujours de cette branche, l’enquête a révélé que les industriels de la branche s’attendent à une stagnation de la production et à une hausse des ventes, pour les trois mois à venir. Selon BAM, 33% des entreprises ont déclaré ne pas avoir de visibilité quant à l’évolution future de la production et 27% pour ce qui est des ventes. Enfin, la production de la branche « mécanique et métallurgie » aurait connu une baisse et le TUC aurait reculé à 77%, tout comme les ventes en raison d’une baisse sur le marché local, alors que les expéditions à l’étranger auraient marqué une hausse. Quant aux commandes, elles « auraient stagné, avec un carnet de commandes qui se serait situé à un niveau inférieur à la normale », selon l’enquête qui révèle, par ailleurs, que les chefs d’entreprise s’attendent à une amélioration de la production et à une stagnation des ventes pour les trois prochains mois. Tandis que 44% d’entre eux déclarent ne pas avoir de visibilité quant à l’évolution future des ventes. 

Alain Bouithy
Dimanche 29 Décembre 2019

Lu 811 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif













Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com