Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La mode durable par les étudiants de l’ESITH



Compétition cosmopolite regroupant étudiants marocains et néerlandais



La mode durable par les étudiants de l’ESITH
Al’initiative du Moroccan Denim & Fashion Cluster (Maroc) et le bureau de consulting Forward in Fashion (Pays-Bas), une compétition a été organisée pour mettre à l’épreuve les talents de jeunes étudiants, futurs acteurs dans le secteur du textile et habillement. Cette activité, ouverte aux étudiants ingénieurs chefs de produit de l’ESITH à Casablanca et aux étudiants modélistes de l’école ROC à Amsterdam, organisés en équipes, visait à intensifier leur esprit créatif en proposant un Denim (jean) à faible impact écologique au niveau de toute la chaîne de valeur. A l’origine de ce projet, le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas et l’Agence de l’entreprise des Pays-Bas qui œuvrent à sensibiliser consommateurs et producteurs à la nécessité de préserver l’environnement et à réfléchir à une mode durable. La consommation mondiale de Denim est estimée à 14 millions d’unités en 2024, soit une évolution de 5% entre 2020 et 2024 (selon étude / Global Denim Jeans Market 2020-2024). Au Maroc, le Denim compte parmi les secteurs stratégiques, il a été identifié parmi les écosystèmes du secteur du textile, initiés dans le cadre du Plan d’accélération industrielle (2014-2020). L’écosystème Denim est porteur d’un fort potentiel en termes de chiffre d’affaires et projets d’investissements mais exige une quête continue d’innovation et de gain en réactivité et en coûts. Les étudiants sont un maillon incontournable dans la chaîne de consommation du Denim, car aujourd’hui, s’ils sont -principalement- des consommateurs, demain, ils seront acteurs dans la filière. La compétition a démarré en septembre 2020 les candidats ont été sélectionnés sur dossier (CV et lettre de motivation) et dix équipes ont été constituées avec un étudiant marocain et un autre hollandais. Ils ont bénéficié de formations les sensibilisant à l’impact des différentes phases qui précèdent l’arrivée d’un article aux rayons des magasins : de la culture du coton, son tissage, sa confection, son ennoblissement (notamment le délavage, phase capitale dans la valorisation du jean). La compétition a porté sur la capacité des équipes à réduire l’impact écologique de l’article qui leur a été affecté parmi 10 jeans produits par les entreprises marocaines et commercialisés par des marques internationales. Tout en respectant le positionnement de la marque et l’adéquation de l’offre produit par rapport à la cible visée, les candidats avaient pour objectif de rechercher et d’innover afin de trouver des solutions qui peuvent réduire l’impact environnemental des jeans de la production à la distribution. Les équipes ont travaillé leur projets respectifs avec l’appui de plusieurs experts dans le secteur, à commencer par leurs enseignants à l’ESITH, des disciplines entrant dans la chaîne de valeur, sourcing, tissage, ennoblissement et délavage, marketing et distribution, mais également grâce à l’apport et la disponibilité d’industriels actifs dans la production et le délavage du denim, en plus d’experts organisateurs de la compétition, du bureau ForwardinFashion et Maroc Denim & Fashion Cluster. La compétition a commencé le 15 septembre dernier et a pris fin le 5 janvier 2021 avec l’annonce de l’équipe gagnante après une série de présentations et une évaluation des propositions par un jury international. L’équipe gagnante devait bénéficier d’un séjour dans le pays partenaire mais à cause des conditions sanitaires et des restrictions de déplacement, tous les participants ont bénéficié d’un prix de participation et l’équipe gagnante a remporté le premier prix. Elle pourra présenter son projet à l’entreprise productrice du jean et développer le produit issu de ses propositions pour enrichir l’offre du Green Denim. Outre la dimension apprentissage technique tout au long de la chaîne de valeur, ce challenge a développé de nouveaux soft skills chez les étudiants des deux bords, puisqu’ils ont expérimenté l’obligation de travailler avec un binôme imposé, dans une langue étrangère pour les deux partenaires (l’anglais), avec des contraintes de temps et de qualité à gérer en parallèle aux planning respectifs des études, de gérer des niveaux de stress variants selon les semaines et prendre la parole en public face à un jury de tous bords … Une expérience cosmopolite qui, à coup sûr, a marqué les étudiants et enrichi leurs compétences.

Libé
Mercredi 27 Janvier 2021

Lu 323 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >