Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La formation, principal vecteur de développement socioéconomique




La formation professionnelle est un formidable enjeu social et économique. C’est un enjeu individuel pour les milliers de salariés, dont les carrières vont connaître des changements croissants, et un enjeu collectif au cœur de la politique de ressources humaines des entreprises, pour lesquelles c’est un levier de développement incontournable. Pour Olivier Faron, administrateur général du Conservatoire national des arts et métiers de Paris (CNAM), qui s’exprimait lors  d’une conférence organisée récemment par l’Académie du Royaume du Maroc, «la formation est une question qui s’inscrit dans l’histoire». «C’est une question très importante qui pèse sur le développement des différents pays. Ceux-ci se demandent souvent quel modèle de formation doivent-ils retenir», explique-t-il, avant de préciser que, pour lui, il est très important d’orienter avant tout la formation vers le marché de l’emploi afin de favoriser le développement économique.
Lors de cette conférence qui se tenait  sous le thème «La formation comme levier de développement économique et social», Olivier Faron a également rappelé l’importance de renforcer le partenariat franco-marocain, à travers la consolidation du domaine de la formation comme vecteur socioéconomique de développement. «Le Maroc, qui mise beaucoup sur la transmission des connaissances à caractère académique et professionnel, maintient un niveau soutenu de son domaine de formation», a-t-il indiqué ajoutant que «le bon fonctionnement de toute société passe inexorablement par l'épanouissement de chaque individu dans le cadre de sa formation». Le responsable français s’est également félicité des efforts de partenariat liant le CNAM au Royaume du Maroc, à travers les formations dispensées par le Conservatoire, notamment dans le domaine de l’ingénierie où le Maroc figure parmi les pays les plus prometteurs au niveau régional.
M. Faron qui n’a pas oublié de souligner que la création de richesses passe par la formation de cadres compétents dans plusieurs domaines et par les «échanges internationaux» en la matière, a également fait remarquer que «le professionnel tend à prendre le pas sur l’académique» et que le rôle actuel des universités est devenu «professionnalisant», citant l’exemple de certaines universités françaises qui sont amenées à décliner les sciences humaines en compétences directement utilisables dans le marché de l’emploi.
Il est enfin à rappeler qu’Olivier Faron, professeur des universités, a été nommé administrateur général du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) par décret du président de la République française en juillet 2013.
Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé et docteur en histoire, titulaire d’une habilitation à diriger des recherches, Olivier Faron a été membre de l’École française de Rome (1987-1990), chargé de recherches au CNRS (1990-2000) puis professeur des universités à Lyon-II (2000-2002) et Paris-IV Sorbonne (depuis 2003). Membre du Centre Roland Mousnier (UMR 8596 – Paris-IV Sorbonne) puis du laboratoire Triangle (UMR 5206 – ENS Lyon), ses recherches portent principalement sur la démographie des sociétés méditerranéennes des XIXe et XXe siècles, l'anthropologie historique de la première guerre mondiale et l'histoire des chantiers de jeunesse sous la seconde guerre mondiale. Il a notamment publié «Les enfants du deuil. Orphelins et pupilles de la nation de la première guerre mondiale (1914-1941)» (Paris, La Découverte, 2001) et «Les chantiers de jeunesse. Avoir 20 ans sous Pétain» (Paris, Grasset, 2011).

Mehdi Ouassat
Mercredi 17 Janvier 2018

Lu 830 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés