Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La femme marocaine marginalisée sur le marché du travail

“L’agriculture, forêt et pêche” sauve la face




La femme marocaine marginalisée  sur le marché du travail
Si l’on en doutait encore, les chiffres publiés par le Haut-commissariat au plan (HCP), à l’occasion de la Journée internationale de la femme, sont là pour nous le rappeler : la situation de la femme sur le marché du travail est loin d’être enviable et sa participation à l’activité économique reste faible.
En effet, après analyse des données collectées par l’institution publique, il ressort que le taux d'activité des femmes n'est que de 21,5%, largement en deçà de celui des hommes (71%).
« Ce taux enregistre 27,1% en milieu rural contre 18,5% en milieu urbain », a relevé le Haut-commissariat dans une note d’information rendue publique à l’occasion de ladite journée, célébrée à travers le monde sur le thème : « Je suis de la Génération égalité : Levez-vous pour les droits des femmes ».
Pour bien comprendre la marginalisation des femmes sur le marché du travail, il est important de rappeler qu’en 2019, le Maroc comptait 17,9 millions de femmes (50,3%) dont 13,4 millions de femmes en âge d’activité (15 ans et plus).
Selon le HCP, les femmes en dehors du marché de travail sont au nombre de 10,5 millions. Elles représentent 78,5% de la population féminine âgée de 15 ans et plus (81,5% en milieu urbain et 72,9% en milieu rural) et la majorité d'entre elles sont des femmes au foyer (75,2%) ou des élèves ou étudiantes (14,1%).
« Sur une population active occupée de 10,97 millions, le nombre de femmes actives occupées est de 2,49 millions, ce qui représente un taux de féminisation de l'emploi de 22,7% », a relevé le Haut-commissariat dans sa note.
Concernant le taux d'emploi des femmes, le HPC l’établit à 18,6% contre 65,5% parmi les hommes. « Ce taux est plus élevé en milieu rural avec 26,3% qu'en milieu urbain (14,5%) », a-t-il souligné. Et de révéler, en outre, qu’il est plus élevé parmi les divorcées (38,6%) et les célibataires (19,3%).
Croissant avec l’âge, « le taux d’emploi féminin passe de 8,8% parmi les femmes âgées de 15 à 24 ans à 18,7% parmi celles âgées de 45 ans ou plus, en passant de 22,3% parmi les 25 à 34 ans et 25,4% parmi les 35 à 44 ans », a fait savoir le Haut-commissariat de même source.
Quant aux femmes actives occupées, les chiffres montrent qu’elles sont relativement jeunes (36,2%) et âgées de moins de 35 ans. De l’analyse du HCP, il ressort qu’« elles sont également moins qualifiées; plus de six femmes en emploi sur dix (61%) n'ont aucun diplôme, contre 53,8% pour les hommes ».
Mais à en croire le Haut-commissariat, « cette proportion cache des disparités importantes par milieu de résidence », notant qu’elle est de 89,8% en zones rurales contre 33,2% en zones urbaines.
Notons enfin qu’au niveau national, les femmes sont plus présentes dans le secteur de « l'agriculture, forêt et pêche » avec une part de 46,9% de l'emploi féminin. Selon le HCP, le secteur des « services » constitue le deuxième secteur pourvoyeur d'emplois pour les femmes avec une proportion de 38,5% et celui de « l'industrie y compris l’artisanat » contribue avec 14% de postes d'emploi féminins.

Femmes en chômage

Le volume des femmes en situation de chômage s'établit à 388.000 personnes ou 35% du volume global du chômage. Près de 8 femmes en chômage sur 10 (82,6%) sont âgées de moins de 35 ans et près de 9 sur 10 (88,1%) sont diplômées.
L'analyse du profil des femmes en chômage révèle aussi que les trois-quarts de ces dernières (75,9% contre 63,5% pour les hommes) chôment depuis plus d'une année et 69% sont des primo-demandeuses d'emploi (contre 50,9% pour les hommes).
Le phénomène du chômage touche les femmes plus que les hommes, avec des taux de chômage respectifs de 13,5% et de 7,8%. Dans les villes, le taux de chômage des femmes est plus que le double de celui des hommes avec respectivement 21,8% et 10,3%.

Alain Bouithy
Lundi 9 Mars 2020

Lu 1497 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.