Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La croissance démographique est-elle dangereuse ?




On dit souvent que la croissance démographique entraînera inévitablement l’épuisement des ressources naturelles, la destruction de l’environnement et même une famine de masse. Au mois de février dernier, une étude très controversée de la revue Nature Sustainability insistait sur le fait que «l’humanité est confrontée au défi de parvenir à une qualité de vie élevée pour plus de 7 milliards de personnes sans déstabiliser les processus planétaires critiques». Un air de déjà vu ?

Les prédictions

Oui en effet, nous avons entendu ce genre de discours auparavant. Les limites de la croissance, rapport publié par le Club de Rome en 1972, a examiné l’interaction entre le développement industriel, la croissance démographique, la malnutrition, la disponibilité de ressources non-renouvelables et la qualité de l’environnement. Il en a conclu que « si les tendances actuelles de croissance de la population mondiale, de l’industrialisation, de la pollution, de la production alimentaire et de l’épuisement des ressources demeurent inchangées, le résultat le plus probable serait un déclin soudain et incontrôlable de la population et de la capacité industrielle ».

La réalité en
quelques chiffres


C’était il y a 46 ans. Voyons comment une telle prédiction a fait son chemin, et allons un peu plus loin en élargissant la période étudiée. Si l’on se penche sur l’évolution de la population, des prix des produits de base et des revenus de 1960 à 2016, la population mondiale a augmenté de 145%, passant de 3 milliards à près de 7,5 milliards. Pourtant, le produit intérieur brut (PIB) par habitant et rajusté en fonction de l’inflation a augmenté de 182%, passant de 3 689 $ à 10 391 $. En d’autres termes, la richesse individuelle a augmenté de 26% plus vite que la population.
Qu’en est-il des ressources naturelles? Après tout, à mesure que les gens deviennent plus riches, ils consomment plus de choses. Considérez l’évolution des prix de 42 ressources naturelles, selon la Banque mondiale de 1960 à 2016. Ajustés en fonction de l’inflation, 19 prix ont baissé, tandis que 23 ont augmenté. Mais seulement trois (pétrole brut, or et argent) se sont appréciés plus que le PIB par personne. Autrement dit, le PIB par habitant a augmenté plus rapidement que 92% des produits mesurés.
Il est important d’ajuster les prix pour tenir compte de l’inflation, mais il est encore plus important de tenir compte de l’évolution des revenus. Le temps est la ressource la plus précieuse de l’humanité, et la comparaison des prix et des revenus est ce qui compte vraiment.
Les gens passent-ils moins de temps à acquérir plus de choses? Après ajustement pour tenir compte de l’augmentation du PIB par habitant, les prix des produits de base ont diminué en moyenne de 53%. L’humanité gagne plus qu’elle ne consomme.

Qu’en est-il des matières
premières ?


Alors qu’en est-il de l’or, avec une valeur qui a augmenté de 123,6%, de l’argent qui a augmenté de 18,6%, et du pétrole qui a augmenté de 65,9%? Historiquement parlant, le marché pétrolier était partiellement protégé des forces concurrentielles par le cartel de l’OPEP. Les pays de l’OPEP s’entendaient fréquemment pour restreindre la production afin de maintenir le prix des hydrocarbures artificiellement élevé. La mesure dans laquelle l’OPEP a pu atteindre son objectif par le passé fait l’objet de nombreux débats, mais de nombreux experts en sont venus à croire que la capacité de l’OPEP d’influer sur le prix futur du pétrole s’affaiblit.
Cela est dû en partie à l’exploitation de réserves de pétrole auparavant inaccessibles (hydrocarbures de schiste) dans des pays non-membres de l’OPEP, comme les Etats-Unis, et en partie à l’évolution technologique, comme l’accélération de l’abandon des moteurs à combustion.
L’or et l’argent sont, outre leurs utilisations commerciales, représentent également des «réserves de valeur» ou des actifs qui peuvent être sauvegardés, récupérés et échangés ultérieurement. Historiquement, les gens de toutes les tranches de revenu ont utilisé l’or et l’argent pour protéger leur richesse contre l’arbitraire des gouvernements rapaces et également en temps de guerre.  Plus récemment, les deux métaux se sont appréciés pendant les années 1970 inflationnistes, alors que beaucoup des monnaies les plus importantes du monde, y compris le dollar américain, perdaient rapidement de leur valeur à cause de la mauvaise gestion monétaire. Elles ont encore augmenté après le déclenchement de la crise des subprime et l’incertitude subséquente sur la solidité du système financier.

Que retenir ?

La chose la plus importante à retenir est qu’aucun des prix de produits de base n’a augmenté plus vite que le taux de croissance de la population. La relation entre les prix et le revenu est la clé pour comprendre ce qui se passe, le changement dans ce rapport au fil du temps nous indiquera la façon dont nous voyons vraiment la croissance de la prospérité humaine.
A quel niveau seront les prix des produits dans 56 ans? Tant que les humains peuvent éviter la guerre et sont libres de créer et de tester leurs idées, la vie continuera à s’améliorer, peut-être à un rythme encore plus rapide. Plus de personnes, plus d’idées, plus d’innovations, plus de valeur créée…

 * Analyste politique senior au Centre for Global Liberty and Prosperity de l’Institut Cato et éditeur de www.humanprogress.org.
Article publié en collaboration
avec Libre Afrique

Par Marian L. Tupy *
Mardi 1 Mai 2018

Lu 1210 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés