Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Chine déroule le tapis rouge aux marques déposées d’Ivanka Trump

Treize dépôts validés en trois mois. Simple coïncidence ou décision intéressée ?




La marque déposée  Ivanka Trump continue de  collecter des certifications  en Chine  posant  ainsi des points d’interrogation concernant de probables conflits d’intérêts à la Maison Blanche, selon l’Associated Press.
Le dimanche dernier, la Chine a accordé à  l’entreprise de la  fille  du président  son accord final  pour ses 13 marques déposées au cours des trois derniers mois, selon les registres de l’Office de commerce.
Au cours de cette même période, le gouvernement chinois a donné à  l’entreprise d’Ivanka Trump son accord provisoire sur huit autres  marques, qui seront finalisées si elles ne font l’objet d’aucune contestation durant la période de consultation de trois mois.
Dans leur ensemble, ces marques vont lui permettre de commercialiser un nombre illimité   de produits en Chine  partant de couverture pour  bébé, de cercueil et d’autres  produits incluant parfums, maquillage, miroirs, meubles, livres, chocolat et miel.
Ivanka Trump avait renoncé à diriger son entreprise et  a confié  ses avoirs à  une fiduciaire familiale au bénéfice de ses proches ; toutefois elle continue toujours de tirer profit de ces entreprises.
 Au fait, d’autres  approbations sont en court. Selon le bureau de registre en ligne du commerce chinois, l’entreprise d’Ivanka avait souscrit plusieurs marques déposées, dont 17 au 28 mars 2017, c’est-à-dire un jour avant sa prise de fonction à la Maison Blanche comme conseillère de son père.
Ces registres ont montré, lundi dernier, qu’au moins 25 des marques Ivanka sont en attente d’examen, 36 marques sont actives et 8 ont  eu une approbation provisoire, selon le quotidien américain Politico.
Dans un email envoyé, lundi dernier,  Noah Bookbinder, directeur exécutif de Citoyens pour la responsabilité et l’éthique à Washington, a écrit : «Le refus d’Ivanka de se désengager de  ses affaires est troublant puisque ses marques continuent leur expansion dans divers pays étrangers».
 Il renchérit : «Ceci laisse place à plusieurs interrogations reliées à la corruption, puisque ceci incite à penser à la possibilité qu’elle bénéficie financièrement de par sa position  comme conseillère de son père ainsi que de son statut de  président des Etats-Unis ou bien  elle peut être influencée dans ses pratiques politiques par le traitement qu’accordent certains  pays à son business».
Comme Ivanka et son père  ont bâti la  grande partie  de leurs labels  internationaux par le biais de contrats de licence, ils ont continué à commercialiser leurs marques dans des dizaines de pays. Ces marques mondiales ont attiré l’attention  de plusieurs avocats spécialisés en éthique car elles sont certifiées par plusieurs gouvernements étrangers et génèrent des gains énormes.
Ainsi, selon un article du Global Times, quotidien anglophone et organe du gouvernement chinois, soixante avocats ont écrit une lettre demandant une investigation sur des liens présumés entre ZTE, le grand géant des télécommunications chinoises, et l’Organisation Trump.  Au fait, les sanctions apposées  à  ZTE  ont été allégées durant la même période où les marques déposées d’Ivanka ont été certifiées par le gouvernement chinois.
Dans un édito du même quotidien chinois, l’auteur justifie la décision de son pays  comme suit « Si la Chine avait refusé de certifier les marques d’Ivanka, on aurait certainement dit que Pékin met la pression sur l’administration Trump, et maintenant qu’on les a certifiées, on présume que la Chine l’a fait pour ses propres intérêts. Peu importe ce que la Chine décide, elle sera toujours blâmée ».

Hayat Elyacoubi (Stagiaire)
Samedi 2 Juin 2018

Lu 599 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés