Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Chambre des conseillers s ’élève contre l’instrumentalisation de la crise migratoire de Sebta


 Le projet de résolution sur une soi-disant utilisation des mineurs parles autorités marocaines est un déni des acquis communs engrangés par les relations entre le Maroc et l’Union européenne. Le président et les membres du bureau de la Chambre des conseillers ont affirmé, lundi, que "l'inscription d'un projet de résolution au Parlement européen sur une soi-disant utilisation des mineurs par les autorités marocaines dans la crise migratoire de Sebta" est un déni des acquis communs engrangés par les relations entre le Maroc et l’Union européenne. Cette tragédie humaine ne peut faire l’objet de surenchère politique, a indiqué la Chambre des conseillers dans un communiqué rendu public à l’issue d’une réunion de son bureau, présidée par Abdelhakim Benchamach, président de cette institution, ajoutant que le projet de résolution est en contradiction avec les positions prises par les hauts responsables européens et les autres institutions qui considèrent le Maroc comme partenaire clé et allié stratégique. Le président de la Chambre et les membres du bureau ont également exprimé leur étonnement et leur condamnation suite à l'inscription par certaines parties au Parlement européen d’un projet de résolution sur une soi-disant utilisation des mineurs par les autorités marocaines dans la crise migratoire au préside occupé de Sebta. Ils ont salué l'engagement clair et ferme du Royaume du Maroc, réitéré par SM le Roi, à accepter le retour des mineurs non accompagnés, dans le cadre des mécanismes de coopération établis avec les partenaires européens et des engagements internationaux y afférents. Ils ont aussi réaffirmé que le Maroc, à l’instar de l’UE, inscrit la question migratoire dans le cadre d’une approche holistique qui prend en considération les spécificités et les complexités de ce phénomène, ainsi que le principe de responsabilité partagée, conformément aux principes du droit international humanitaire et dans le cadre d’un partenariat Nord-Sud conciliant entre enjeux de la migration et défis du développement. Le président et les membres du bureau de la Chambre ont, par ailleurs, passé en revue les conséquences des derniers développements qu’ont connus les relations diplomatiques entre le Maroc et l’Espagne qui tente d'impliquer les institutions de l’Union européenne dans cette crise engendrée parles positions espagnoles hostiles à l’intégrité territoriale du Royaume, selon le communiqué.

Libé
Mercredi 9 Juin 2021

Lu 394 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020




Dans la boutique

Flux RSS