Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La COP22 a connu une mobilisation “très significative” de la société civile


La Zone verte a abrité plus de 300 exposants répartis sur 152 espaces, ainsi que l'organisation de 680 activités, débats et conférences



La 22ème Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP22) a connu une mobilisation "très significative" de la société civile, indique le comité de pilotage de la COP22. En mobilisant en amont la société civile et les acteurs non étatiques nationaux et internationaux, le pôle société civile conduit par Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), a permis un engagement "très significatif" de ces parties prenantes pour la lutte contre les changements climatiques, souligne le comité dans un communiqué. 
Situé dans la Zone verte du site de Bab Ighli qui a accueilli la COP22 du 7 au 18 novembre dernier, l’espace société civile et autres acteurs non étatiques, a connu la participation de plus de 300 exposants répartis sur 152 espaces, ainsi que l'organisation de 680 activités, débats et conférences, précise le communiqué, notant que cet espace a été également visité par 24.000 personnes en moyenne par jour, avec un pic de 27.000 le 15 novembre, tandis que 60 nationalités y ont été représentées. 
Conscients de l’importance des actions menées par la société civile dans la lutte contre les changements climatiques et considérant que les objectifs de l’Accord de Paris ne pourront être réalisés sans un renforcement de la collaboration entre les acteurs étatiques et non-étatiques, des personnalités de haut niveau, comme SAR la Princesse Lalla Hasnaa, le président de la COP22, Salaheddine Mezouar, le président de la République française, François Hollande et le président des Comores, Azali Assoumani, les maires de Paris et Bruxelles, Mme Anne Hidalgo et Yvan Mayeur, entre autres, ont également visité la Zone verte, poursuit la même source. 
La présence des acteurs de la société civile à la COP22 a été également remarquée au-delà du site de Bab Ighli notamment à travers la grande marche de l'action climatique dans la ville de Marrakech qui a vu la participation, le 13 décembre, de plus de 7.500 personnes, ajoute le document.
Afin de préparer la participation des acteurs de la société civile à la COP22, le pôle société civile a accompagné l’organisation de la MedCOP climat et de 6 rencontres régionales au Maroc. Cette dimension régionale continue puisque d'autres rencontres seront organisées dans les autres régions du Royaume, relève la même source. 
Le pôle de la société civile a connu également la mobilisation des universités marocaines avec une rencontre de 160 présidents des universités du monde et 30 chanceliers d'Académies d'Afrique, qui ont adopté une déclaration commune. 
Il a vu également l'organisation de la Conférence des jeunes (COY12), qui a réuni 2.000 participants de plus de 30 pays, ainsi qu'une dizaine d'expositions d'arts plastiques et de photos, deux grands concerts, deux concours de courts métrages réalisés par des enfants et des jeunes en partenariat avec l'Unicef et l'ambassade de France au Maroc ainsi qu'une grande rencontre syndicale, en présence de 40 syndicats d'Afrique, et de la secrétaire générale de Confédération syndicale internationale.
Il a été marqué en outre par la tenue de la 2ème édition du Sommet des élus locaux et régionaux pour le climat, qui a rassemblé plus de 1.100 participants, dont 114 pays représentés par plus de 780 élus locaux et régionaux, une rencontre des présidents des régions de la Méditerranée, et une rencontre internationale de 37 institutions nationales des droits de l'Homme sur la mise en œuvre de l'Accord de Paris et des Objectifs du développement durable (ODD). 
Les activités du pôle ont également comporté l'organisation d'un séminaire international des parlementaires, initié par le Parlement marocain et l'Union interparlementaire, avec la présence marquante de toutes les agences des Nations unies sur les deux zones du village de la COP, et plus de 500 activités auto-gérées organisées à l'Université Cadi Ayyad de Marrakech par la Coalition marocaine pour la justice climatique (CMJC) et des coalitions internationales, fait savoir la même source. 
Aussi, afin de poursuivre la mobilisation au-delà de la COP22, la présidence marocaine de la COP22, qui a fait de la mobilisation des organisations de la société civile une priorité, initiera, pour la première fois dans l'histoire des COP, une rencontre en début de 2017 avec la société civile. Les 9 constituantes seront ainsi réunies pour faire le bilan de la COP22 et étudier les différents volets de la collaboration avec le Maroc tout au long de sa présidence, précise le communiqué.

Libé
Mercredi 21 Décembre 2016

Lu 838 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés