Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La BERD octroie une ligne de financement de 20 millions de dollars US au Crédit Agricole du Maroc




La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et le Crédit Agricole du Maroc (CAM) ont signé, ce mercredi 23 septembre, une convention de prêt visant à stimuler les échanges commerciaux au Maroc.

Ainsi, la BERD a accordé au Crédit Agricole du Maroc, principale banque agricole du Royaume et partenaire historique du secteur, une nouvelle ligne de financement du commerce extérieur de 20 millions de dollars US.

Cette ligne de financement du commerce extérieur, multidevise et non-engagée, sera déployée pour émettre des garanties en faveur des banques confirmatrices et pour fournir un financement en devise destiné à des transactions commerciales d’exportations ou d’importations.

Cette ligne s’inscrit dans le cadre du Programme de facilitation des échanges (TFP) de la BERD. En rejoignant le programme TFP, le Crédit Agricole du Maroc a désormais accès à un réseau de plus de 100 banques émettrices et 800 banques confirmatrices partenaires de la BERD dans le monde entier, ce qui lui permettra d’étendre son réseau de correspondants bancaires et permettra à ses clients de saisir de nouvelles opportunités commerciales à l’international. Cette ligne offrira également au CAM une enveloppe de financement en devise visant l’accompagnement de ses clients importateurs et exportateurs. Pour rappel, le Programme de facilitation des échanges (TFP) de la BERD a été lancé en 1999 dans le but de promouvoir le commerce international entre les économies dans lesquelles elle investit, sous forme de garanties et de prêts à court terme aux banques et sociétés d’affacturage participantes. La pandémie actuelle de coronavirus a généré une forte demande de financement du commerce pour maintenir l’importation et l’exportation de biens essentiels. La BERD a réagi à cet enjeu en augmentant la limite totale de son Programme de facilitation des échanges pour la seule année 2020 à un montant record de 3 milliards d’euros. Ainsi, le financement du commerce extérieur est un élément clé de la réponse de la BERD à la crise du coronavirus.

HPS réalise un RNPG en forte hausse au premier semestre

HPS a réalisé au cours du premier semestre 2020 un Résultat net part du Groupe (RNPG) de 49,5 millions de dirhams (MDH) en forte progression de 22,8% par rapport à la même période de l’exercice précédent, ressort-il de ses résultats financiers au 30 juin 2020. Les revenus de l’entreprise ont progressé de 3,4% pour s’établir à 361,6 MDH, dont 240,9 MDH générés par l’activité Solutions qui a réussi à maintenir le même niveau que le premier semestre 2019, malgré leslimitations de mobilité des équipes liées à la crise Covid-19. L’activité Services a, pour sa part, connu une baisse sur le 2e trimestre 2020, impactée par le confinement et les mesures de l’état d’urgence sanitaire. Dans ce contexte, lesrevenus de l’activité reculent de 5,9% et s’établissent à 52,3 MDH. Au 30 juin 2020, HPS a réalisé un résultat d’exploitation de 61,6 MDH en progression de 9,4% par rapport à celui enregistré durant les six premiers mois de 2019. Avec des revenus récurrents de 207,6 MDH en croissance continue (+12,3% sur le premier semestre), HPS renforce son positionnement auprès de ses clients et gagne en résilience sur le plan opérationnel. Au terme de ce semestre, les revenus récurrents contribuent à hauteur de 57,4% au revenu global contre 52,9% au premier semestre 2019.

Cosumar accuse une baisse de son RNPG

Cosumar a réalisé lors du premier semestre 2020 un résultat net part du groupe (RNPG) de 367 millions de dirhams (MDH), en baisse de 9,9% par rapport à celui enregistré à fin juin 2019, ressort-il de ses résultats semestriels. Le chiffre d’affaires consolidé réalisé par le Groupe Cosumar à fin juin 2020 ressort en hausse de 3,8% pour s’établir à 4.260 MDH contre 4.104 MDH au titre du premier semestre 2019, grâce principalement à la hausse du volume des ventes à l’export qui ont compensé la baisse du chiffre d’affaires local, selon la même source. Cosumar note en outre que l’excédent brut d’exploitation consolidé IFRS s’établit au terme des six premiers mois de 2020 à 912 MDH, pratiquement au même niveau que celui réalisé à fin juin 2019. Le Groupe relève en outre que les impacts des conditions climatiques défavorables et les premiers effets de la pandémie Covid-19 sur l’activité agricole et le chiffre d’affaires local ont été résorbés par la progression de l’activité export au premier semestre 2020. S’agissant des résultats sociaux, le résultat net ressort à 348 MDH, en baisse de 179 MDH par rapport aux réalisations du premiersemestre 2019. L’excédent brut d’exploitation social de Cosumar au 30 juin 2020 s’établit, quant à lui, à 617 MDH, marquant une baisse de 6,8% par rapport à la même période de l’année écoulée, ajoute la même source, précisant que cette évolution s’explique principalement par le retrait du volume des ventes locales de Cosumar et l’incidence des conditions climatiques sur les campagnes des sucreries de la société.

Libé
Jeudi 24 Septembre 2020

Lu 503 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.