Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La BEI signe un prêt de 10 M€ avec Jaida

Soutien aux activités de microcrédit génératrices de revenus au Maroc





La BEI signe un prêt de 10 M€ avec Jaida
La Banque européenne d’investissement (BEI) et la société de financement des organismes de microfinance Jaida ont annoncé la signature d’un accord de prêt d’un montant de 10 millions d’euros (soit plus de 108 millions de dirhams) pour soutenir les activités de microcrédit génératrices de revenus au Maroc. Cet appui vient renforcer la capacité de Jaida à financer les institutions de microfinance (IMFs) au Maroc et soutenir son action sur l’inclusion financière et le développement social, indique un communiqué conjoint.

Ce financement servira exclusivement à financer des microcrédits d’un montant inférieur à 25.000 euros (environ 270.000 dirhams) afin de promouvoir des activités génératrices de revenus (AGR) et aider à maintenir l’emploi via les micros et petites entreprises (MPE) de moins de 10 employés en zones urbaines et rurales, ainsi que les travailleurs indépendants, les entrepreneurs individuels et les micro-entrepreneurs, précise la même source. A travers cet appui à Jaida, deuxième bailleur de fonds et acteur structurant du secteur de la microfinance au Maroc, la BEI poursuit son objectif de promotion des services financiers durables et responsables au bénéfice des activités génératrices de revenus, notamment en faveur des populations rurales et pauvres, des femmes et des jeunes, rapporte la MAP.

Avec ce financement, le portefeuille de prêts de Jaida devrait se maintenir entre 800 à 900 millions de dirhams (74 à 84 millions d’euros) par an. Cette nouvelle opération s’inscrit dans la continuité de l’action de la BEI menée depuis plusieurs années en faveur de la microfinance au Maroc et fait partie de la réponse de la banque visant à soutenir l’économie marocaine, plus particulièrement les micro-entrepreneurs, dans le contexte de la crise de Covid-19.

Et de noter que ce nouveau financement intervient dans le cadre du mécanisme de capital-risque pour les pays voisins du Sud créé par l’Union européenne (UE) et la BEI afin de soutenir le développement du secteur privé, la croissance inclusive et la création d’emplois. Cette opération contribue également à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies pour éliminer la pauvreté (objectif 1), parvenir à l’égalité des sexes (objectif 5) et promouvoir une croissance économique inclusive et durable, l’emploi et un travail décent pour tous (objectif 8). “L’Union européenne soutient activement la stratégie nationale d’inclusion financière et l’entrepreneuriat au Maroc, notamment les très petites, petites et moyennes entreprises. En cette période de pandémie, il est d’autant plus important d’accompagner le maximum de personnes dans leur autonomisation financière: la microfinance offre une opportunité d’accès au financement qui peut significativement impacter l’inclusion économique et sociale des populations les plus vulnérables et contribuer à la dynamisation de l’auto-emploi”, a fait savoir, à cette occasion, l’ambassadrice de l’Union européenne au Maroc, Claudia Wiedey, citée dans le communiqué. Pour sa part, Anna Barone, représentante de la BEI au Maroc, a relevé qu’il s’agit là d’une opération importante en faveur de Jaida, qui a été le principal catalyseur de la croissance du secteur de la microfinance au Maroc ces dernières années et qui continuera avec ce financement à jouer un rôle structurant à l’avenir.

Et d’ajouter: “Nous sommes très heureux de pouvoir ainsi soutenir les micro-entrepreneurs à travers tout le pays. Le financement et l’accompagnement des porteurs de projet sont une priorité d’action pour la BEI. En agissant ainsi, nous soutenons l’emploi tout en renforçant le lien et l’intégration sociale. Nous préparons l’avenir pour les jeunes générations”. De son côté, Meriam Mechahouri, directrice générale de Jaida, a indiqué que “le secteur de la microfinance est parmi les vecteurs indispensables du développement socioéconomique du Maroc puisqu’il contribue activement, entre autres, à faciliter l’accès à des offres de services financiers au profit d’activités génératrices de revenus non adressées par le secteur financier classique. Ce partenariat avec la BEI permettra à Jaida de consolider son rôle de financeur, expert majeur et fédérateur du secteur et d’accompagner les IMF dans leur stratégie d’inclusion financière”.

 

Libé
Jeudi 28 Janvier 2021

Lu 318 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.