Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La 3ème édition du Festival international du court métrage de Mohammedia : Hommage à Salah Eddine Benmoussa




La 3ème édition du Festival international du court métrage de Mohammedia : Hommage à Salah Eddine Benmoussa
Professionnels, cinéastes, acteurs, producteurs et critiques, issus d’une vingtaine de pays sont attendus à Mohammedia où ils viendront fêter la troisième édition du Festival international du court métrage de la cité des fleurs, qui se tient les 24, 25 et 26 avril courant au Théâtre de Mohammedia.
La programmation comporte notamment une exposition de photographies d'art, un colloque sur le thème  «Problème du court-métrage" et une table ronde pour discuter du film.
Deux ateliers animés par des cinéastes marocains et étrangers figurent également au menu de ce rendez-vous. Le premier atelier porte sur la formation au cinéma et à la direction technique. Le second met en lumière la formation dans les techniques de production du film. Le Festival comporte également une compétition officielle à laquelle concourent vingt films.
Autre activité inscrite au programme, la présentation de courts métrages réalisés par les différents pays participants et d'une série de courts métrages pour les enfants du théâtre Muhammaddiyah.
Pour sa troisième édition, le Festival international du court-métrage de Mohammedia a choisi de rendre hommage à une grande figure du théâtre, du cinéma et de la télévision : Salah Eddine Ben Moussa. Il entend ainsi honorer le parcours exemplaire et la carrière aussi variée que riche du comédien.
Natif de Casablanca en 1945, Salah Eddine Ben Moussa est lauréat de l'Institut municipal de Casablanca. Ancien professeur de français, il a reçu de nombreux et prestigieux prix qui lui ont valu reconnaissance et estime de ses pairs.
«Notre rencontre aujourd’hui, inaugure la troisième édition du Festival du court métrage de Mohammedia. Nous avons parié, dès la première édition, sur l'art du cinéma, le court métrage particulièrement, en tant que moyen d’enraciner la culture de l'image comme valeur ajoutée et pilier essentiel, parmi d’autres, du développement durable.
Ce pari reste impossible à réaliser sans les autorités et élus, annonceurs et  médias… sans oublier les spectateurs qui représentent notre  source et notre but», souligne dans une note Sallah Jabali, directeur du Festival.
Soulignons enfin qu’il sera projeté en compétition officielle des productions en provenance de vingt pays. Il s’agit des Philippines (Saling Pusa), Suisse (Fathom), Italie (L'Arbitro), Tunisie (Le projet), Égypte (At day's en), Emirats Arabes Unis (Mirrors of silence), Algérie (Houria), Argentine (Alayunador), Somalie (Chrcoal Traffic), Inde (Birju), Liban (Prière enfantine), Russie (Celui que je n'ai jamais connu), Etats Arabes Unis (Dream), Roumanie (Ghici Toarbea), Espagne (L'amour), Belgique (Lula), Pays-Bas (Vera), France (L'occupant) et l’Australie (Found). Ainsi que le Maroc (Izorane), pays hôte de cette manifestation.

ALAIN BOUITHY
Jeudi 16 Avril 2009

Lu 965 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés