Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'océan joue un rôle majeur dans la régulation du climat mondial




Session plénière solennelle 2017 de l'Académie Hassan II des sciences et techniques

Les océans jouent un rôle déterminant dans la régulation du climat mondial, car sans l'océan, le contraste thermique entre les tropiques et les pôles serait de plusieurs centaines de degrés, rendant ainsi la planète invivable, ont souligné, mercredi à Rabat, des experts et scientifiques participant aux travaux de la session plénière solennelle 2017 de l'Académie Hassan II des sciences et techniques.
Selon la coprésidente du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, Valérie Masson-Delmotte, les océans jouent un rôle crucial dans le fonctionnement du système climatique (bilan énergie, cycle du carbone, cycle de l’eau, mode de variabilité du climat) dans la mesure où l’intensité et la structure spéciale de la température de surface des océans affectent la circulation atmosphérique et les événements météorologiques.
Ainsi, les vents mettent en mouvement les eaux de surface qui constituent le moteur des phénomènes de remontée des eaux profondes, froides, riches en nutriment à la surface, par exemple sur la côte atlantique marocaine, a-t-elle expliqué.
Après avoir présenté quelques indicateurs clés de l’état du climat et les nombreux impacts de réchauffement climatique, les causes de l’augmentation de la concentration atmosphérique en CO2, depuis 1950, la paléoclimatologue française a démontré, graphiques et cartes à l’appui, que l’évolution de la température de surface est le résultat du déséquilibre radiatif de la terre.
D'après l’expert, l’influence humaine sur le climat est clairement établie, les rejets de gaz à effet de serre affectent l’état physico-chimique des climats, d'où l'importance de comprendre le rôle des océans dans le système climatique pour évaluer les risques associés à l’évolution future du climat.
Abondant dans le même sens, le directeur de la Météorologie nationale Abdallah Mokssit a donné un aperçu sur les processus de modélisation du rôle des océans et les risques de changement abrupts.
Le changement climatique affectera les processus liés au cycle du carbone d’une manière qui accélérera l’accroissement du CO2 atmosphérique (degré de confiance élevé), de même que la poursuite de l’absorption de carbone par l’océan augmentera son acidification, a-t-il noté.
Même son de cloche chez la scientifique française Anny Cazenave, qui a affirmé que le niveau moyen global de la mer, principal réservoir de chaleur du système climatique, est l'un des meilleurs indicateurs du changement climatique actuel, mettant en exergue les contributions individuelles à la hausse du niveau de la mer.
Passant en revue les quatre scénarios de réchauffement et les émissions de gaz à effet de serre associées, la spécialiste en géodésie et océanographie spatiale a fait observer que la hausse de la mer s'est accélérée au cours de la dernière décennie et continuera à monter pendant plusieurs siècles à cause de la grande inertie thermique de l'océan, et pourrait monter de deux mètres d'ici 2100.
Pour le Maroc, si l’amplitude des impacts diffère par rapport aux pôles artique et antarctique, aux pays insulaires et grands mollets, il reste vulnérable avec plus de 3000 km de côtes qui sont et seront concernées en premier lieu par les effets du changement climatique car l’océan Atlantique et la mer Méditerranée constituent une source de revenus substantiels des populations et contribuent en grande partie à sa sécurité alimentaire, a fait savoir le secrétaire général du GIEC, M. Mokssit.
Les propriétés physico-chimiques des océans changent, ce qui a des conséquences sur les propriétés et la dynamique de l’océan, sur ses échanges avec l’atmosphère et sur les écosystèmes marins et leurs habitats, a-t-il alerté.
Organisée du 21 au 23 février, cette rencontre annuelle, qui réunit des experts internationaux, des chercheurs et des climatologues des quatre coins du monde, traite de plusieurs thématiques, notamment "La modélisation des interactions océan-climat", "Les niveaux de mers et événements climatiques extrêmes", « La thermodynamique et chimie des océans et impacts sur les ressources". 




Libé
Vendredi 24 Février 2017

Lu 732 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés