Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’industrie de la conserve de poisson est mal en point


Les professionnels du secteur appellent à une action urgente face à une crise sans précédent

Alerte. L’industrie de la conserve de poisson, considérée comme une filière importante et vitale pour l’économie marocaine, est entrée dans une crise sans précédent, selon l’Union nationale des industriels de la conserve de poisson (UNICOP).

La situation s’est dégradée au point qu’« aujourd’hui, les industriels de la conserve de poisson font face à une crise sans précédent mettant à mal les performances économiques de la filière », déplorent les professionnels de cette filière qui contribue depuis 2009, à hauteur de 11 milliards de dirhams au PIB national et à 1,2 % de la production de la valeur ajoutée.

« Le secteur de l’industrie de conserves de poisson est dans la tourmente et fait face actuellement à plusieurs dangers et défis impactant depuis plus de cinq ans, la compétitivité des entreprises et de la filière », affirment-t-ils dans une publication faisant état d’une érosion majeure des volumes et des marges industriels.

Le document dont nous avons reçu copie fait notamment état de la perturbation des chaînes d’approvisionnement et d’une forte pression sur la matière première.

En effet, selon les industriels de la conserve de poisson, les accès à la matière première ont été gravement affectés par la concurrence inter-filière et par le manque structurel de la ressource, en raison de la pression sur les stocks de sardine au Maroc qui dure depuis des années.

Le secteur de la sardine ayant démontré sa grande valorisation de la matière première, les professionnels du secteur estiment que « la demande de lui prioriser l’accès à la ressource est donc naturelle et légitime ».

Il faut dire que «la situation actuelle a gravement affecté la compétitivité de la conserve marocaine en limitant son accès à des marchés à hautes valeurs à l’export», regrettent-ils soulignant la rareté de ressources a eu un double impact négatif sur la filière.

En effet, du fait de cette situation, « les unités ne fonctionnement pas à leur régime normal réduisant ainsi le nombre de jours de travail et les contrats clients ne sont pas respectés ». Ce qui a fini par affecter le positionnement stratégique du Maroc et réduit les quantités des exportations qui sont de -25 % en volume comparées à 2020 et prévisible à - 40 % pour la fin de l’année.

Selon les industriels, «une grande partie du marché a également été gravement touchée en valeur, déclenchant une baisse des prix et des craintes des clients d’une crise structurelle ».

A cause de la non disponibilité de la matière première, qui prive l’État d’importants montants de devises et de nombre de jours travaillés, les volumes sont en déclin et des marchés sont de plus en plus abandonnés, regrettent-ils.

La flambée des coûts des intrants et les problèmes d’approvisionnement ont au final poussé les unités de la filière à accepter des augmentations majeures qui ont lourdement affecté leurs marges et leurs coûts de revient. A propos de la flambée des couts, l’UNICOP fait remarquer que « le prix des huiles végétales : Soja- Tournesol et de l’huile d’olive ont connu des flambées vertigineuses dépassant parfois 100 % d’augmentation.

Le prix de la boite métalliques et les emballages cartons n’ont cessé depuis plusieurs mois d’afficher des augmentations périodiques et historiques non planifiées générant un désarroi général, non seulement des industriels mais aussi des clients ».

Pour rappel, l’industrie de la conserve de poissons assure 66 % de la production mondiale de Sardine Pilchardus Walbaum et détient 46 % de parts de marché de la conserve de Sardines.

Selon l’UNICOP, elle est devenue l’un des principaux contributeurs à la réduction du chômage, en fournissant près de 30 000 emplois directs et plus de 80 000 emplois indirects sur le territoire national. Autant dire que si la situation continue de se dégrader, elle finira par mettre totalement à terre un secteur qui a « su accroitre sa contribution à l’économie nationale en augmentant les valeurs des exportations à plus de 11 % des exportations agroalimentaires du royaume », comme le rappelle l’organisation professionnelle.

Ainsi, et face à la crise qui le mine, les professionnels du secteur et l’UNICOP appelle à la mise en place d’un plan de sauvegarde de la filière compte tenu de son importance socio-économique. Au stade actuel de la crise qui frappe le secteur, ils estiment qu’il est urgent d’appliquer les solutions et les recommandations des scientifiques visant à assurer la sauvegarde du stock halieutique.

En plus d’imposer un droit de regard de l’État sur les monopoles et limiter les hausses de matières premières qui seraient injustifiées, les industriels de la conserve de poissons pensent qu’il est également indispensable que les pouvoirs publics supportent « financièrement la filière qui ne profite d’aucune subvention malgré son importance économique et son apport historique en investissement et en création d’emplois ».

Les professionnels du secteur et l’UNICOP estiment en outre qu’il est temps qu’ils aient « un accès prioritaire à la matière première, et cela pour un souci d’une plus-value importante, d’un positionnement stratégique du produit Maroc et une pérennité de l’apport socio-économique », expliquent-ils. 

Alain Bouithy
Lundi 11 Octobre 2021

Lu 991 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:05 L’IPC reprend de la hauteur à fin septembre

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 90.977 certificats négatifs délivrés à fin août

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS