Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’expansion économique mondiale se consolide

La croissance devrait osciller autour de 3,9% en 2018 et 2019, selon l’OCDE




L’économie mondiale prend de la vigueur, selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), soulignant toutefois la recrudescence des tensions.
A en croire les récentes données publiées par l’OCDE, l’expansion économique mondiale s’affermit, sur fond de hausse robuste de l’investissement accompagnée d’un rebond des échanges et d’un redémarrage de l’emploi qui alimentent une reprise généralisée.
Dans ses dernières perspectives économiques intermédiaires, l’organisation internationale d'études économiques a indiqué que le rythme de l’expansion sur la période 2018-19 devrait être plus rapide qu’en 2017.
C’est une bonne nouvelle. Mais il faut cependant garder la tête froide, car les tensions qui se font jour « pourraient menacer l’instauration d’une croissance forte et durable à moyen terme », a-t-elle averti.
Mis à part cet avertissement, les analystes de l’OCDE font souffler un vent d’optimisme quant à l’évolution de l’économie mondiale qui devrait connaître une croissance de 3,9% en 2018 et 2019.
Comme pour conforter ses prévisions, l’organisation a relevé dans ses perspectives que le redémarrage de l’investissement privé et des échanges est porté par la solide confiance des entreprises et des ménages. Avant toutefois d’ajouter que l’inflation devrait repartir lentement.
L’autre information confortant les observations des analystes de l’OCDE, c’est que «les prévisions font état d’une légère amélioration de l’économie mondiale depuis la précédente édition des Perspectives économiques, en novembre 2017, et concernent toutes les économies du G20».
Ce n’est pas tout. Selon l’Organisation, les nouvelles réductions d’impôt et les hausses de dépenses prévues aux Etats-Unis ainsi que la relance budgétaire attendue en Allemagne donneront un coup de pouce à la croissance à court terme.
Dans ses perspectives, l’organisation a également noté « plusieurs risques et vulnérabilités dont certains relèvent du secteur financier tandis que d’autres tiennent à la montée du protectionnisme », peut-on lire dans un communiqué.
Des risques que prend au sérieux le chef économiste de l’OCDE par intérim Alvaro Pereira, soulignant que dans ce contexte, une escalade des tensions commerciales serait dommageable pour la croissance et l’emploi.
Si, comme il a indiqué, « la croissance est stable ou s’améliore dans la plupart des pays du G20 et l’expansion se poursuit », Alvaro Pereira a estimé que « les pays devraient s’appuyer sur des solutions collectives, comme le Forum mondial sur les surcapacités sidérurgiques, pour résoudre les questions spécifiques ».
Ce cadre de l’OCDE est persuadé de la nécessité de «préserver le système commercial international fondé sur les règles».
Pour rappel, les Perspectives économiques exposent un éventail de politiques publiques qui contribueraient à alimenter la croissance à moyen terme.
Comme l’a rappelé l’OCDE sur son site officiel, « les pays y sont invités à insuffler une nouvelle dynamique à leurs efforts de réforme structurelle, en particulier dans les domaines de la fiscalité et des compétences ». L’objectif étant de stimuler l’emploi et de favoriser une croissance inclusive à long terme.

Alain Bouithy
Vendredi 16 Mars 2018

Lu 747 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.