Libération

Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’épargne, un atout pour booster l’économie

L “ e développement de la culture de l’épargne permettrait d’augmenter le potentiel de financement de l’économie





La mobilisation de l’épargne se veut plus que jamais une issue pour amorcer une relance tant attendue par les agents économiques, après cette crise asphyxiante qui a démontré toute l’importance de la promotion d’une culture de l’épargne.

Catalyseur des activités économiques par excellence, l’épargne fournit commodément des ressources autonomes et à moindre coût, ce qui se répercute positivement sur l’investissement. Le développement de la culture de l’épargne permettrait d’augmenter le montant des dépôts et par conséquent, le potentiel de financement de l’économie, a expliqué, dans une déclaration à la MAP, Kamal Zine, consultant en banque et assurance à Paris.

Ceci passerait, d’abord, par la sensibilisation des citoyens et de la société aux avantages que proposent les produits d’épargne en termes de solutions adaptées à un individu, à une famille ou à une organisation durant les moments clés de leur existence, a-t-il relevé. L’expert a, à cet effet, souligné que l’épargne permet de préparer sa retraite, anticiper les frais de scolarité de ses enfants, faire face à un imprévu ou financer un projet ou un achat.

En outre, les produits d’épargne présentent plusieurs avantages fiscaux qui constituent un facteur additionnel pour attirer l’épargne populaire en particulier, a fait observer M. Zine. Il s’agit également de la mise en place de produits d’épargne adaptés aux aspirations des citoyens et aux défis majeurs du pays, a-t-il souligné. “Les questions liées au développement durable et au stress hydrique, par exemple, peuvent capter de l’épargne car il s’agit de sujets dont les répercussions toucheraient le futur des Marocains sans exception”, a fait valoir l’expert. Et de noter: “Pour cela, les banques ont un rôle d’innovation et de proposition pour faire des montages financiers et concevoir des produits standards ou sur mesure, capables d’élargir l’assiette de l’épargne captée. Si le rôle de la culture de l’épargne est important dans l’effort de mobilisation des ressources financières pour l’économie, l’élargissement de l’épargne disponible reste le défi majeur à relever”.

En outre, M. Zine a mis l’accent sur le rôle capital de l’épargne pour la mobilisation de ressources de financement pour le système financier. Il s’agit de la principale source de ressources pour financer les investissements et pour générer des projets de réformes structurelles qui favorisent le développement économique et social. Même son de cloche pour Saïd Amaghdir, directeur associé chez Finance Value Consulting qui a mis en avant l’intérêt majeur de l’éducation financière notamment celle de l’épargne, soulignant l’importance substantielle d’expliquer aux Marocains les produits financiers, leurs intérêts et avantages fiscaux à même de les encourager à investir davantage dans l’économie et ce en utilisant un langage très simple. “Nous expliquons très mal aujourd’hui les OPCVM, les plans d’épargne en actions, etc”, a fait remarquer M. Amaghdir qui est aussi président de la commission financement, investissement et accompagnement des TPE-PME chez le Club des dirigeants.

Et de souligner l’impératif d’adapter le moyen de communication pour toucher une large tranche de la population. A ce propos, M. Amaghdir a préconisé l’utilisation de l’arabe dialectal marocain dans la communication de ce type d’informations pour une meilleure compréhension de la majorité des citoyens. La culture financière de l’épargne peut être initiée à partir du primaire à l’école, a-t-il relevé, notant que celle-ci est à développer également sur les réseaux sociaux et la télévision.

Au volet de l’éducation financière, rappelons-le, l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) est amplement investie dans l’accompagnement du public pour une meilleure connaissance des marchés, des produits et des risques financiers à même notamment de renforcer la protection de l’épargne investie en instruments financiers.

Par Maria Mouatadid (MAP)

Libé
Vendredi 4 Décembre 2020

Lu 244 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.