Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’économie verte compte créer 24 millions d’emplois à l’échelle mondiale d’ici 2030

Les emplois créés compenseront largement les 6 millions de suppressions d’emploi faites ailleurs, selon l’OIT




C’est une bonne nouvelle qui apporte de l’eau au moulin des défenseurs de l’économie verte et plus généralement de l’environnement. Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), l’action visant à limiter le réchauffement climatique à 2 degrés Celsius va se traduire par suffisamment de créations d’emploi pour compenser largement les 6 millions de suppressions d’emploi faites ailleurs.
Dans son rapport phare publié récemment sous l’intitulé : « Emploi et questions sociales dans le monde 2018 : une économie verte et créatrice d’emploi », l’organisation onusienne indique ainsi que vingt-quatre millions d’emplois seront créés à l’échelle mondiale d’ici à 2030, si l’on met en place des politiques permettant de promouvoir une économie plus respectueuse de l’environnement.
Selon ce rapport, qui fait une estimation des pertes et créations d’emploi, la plupart des secteurs de l’économie vont bénéficier d’une création nette d’emploi.
Ainsi, précise-t-il, « sur les 163 secteurs économiques analysés, seuls 14 vont subir des suppressions d’emploi supérieures à 10.000 postes à l’échelle mondiale ». Tandis que seuls deux secteurs, l’extraction pétrolière et le raffinage, affichent des pertes de 1 million d’emplois ou plus.
Le document poursuit en indiquant que 2,5 millions d’emplois seront créés dans l’électricité générée à partir d’énergies renouvelables. Ce qui devrait contrebalancer quelque 400.000 emplois perdus dans la production d’électricité basée sur les combustibles fossiles, assure-t-il.
L’autre enseignement clé de ce rapport relève que 6 millions d’emplois pourront être créés en s’orientant vers une «économie circulaire» qui intègre des activités comme le recyclage, la réparation, la location et la réutilisation – remplaçant le modèle économique traditionnel basé sur «extraire, fabriquer, utiliser et jeter».
En ce qui concerne la création de nouveaux emplois, le rapport précise cependant que ceux-ci ne seront créés qu’après l’adoption de pratiques durables dans le secteur de l’énergie, y compris la modification du mix énergétique, la promotion de l’usage des véhicules électriques et l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments.
En effet, si «l’économie verte peut permettre à des millions de personnes supplémentaires de surmonter la pauvreté et offrir de meilleures conditions de vie à cette génération et aux suivantes », comme l’affirme Deborah Greenfield, directrice générale adjointe de l’OIT, il est bon de souligner que ces emplois dépendent pour beaucoup de la qualité de l’environnement et des services qu’il fournit, selon la conclusion du rapport.
Pour l’OIT, c’est grâce aux mesures prises en matière de production et de consommation d’énergie que l’on pourra parler véritablement de créations nettes d’emploi dans les Amériques, en Asie et Pacifique et en Europe, qui s’élèveront respectivement à 3, 14 et 2 millions d’emplois.
Commentant l’évolution de cette question au niveau régional, l’organisation prévient qu’« il pourrait y avoir des pertes nettes d’emploi au Moyen-Orient (–0,48%) et en Afrique (–0,04%) si les tendances actuelles se prolongent, en raison de la dépendance de ces régions à l’égard, respectivement, des énergies fossiles et des mines ».
Quoi qu’il en soit, si les mesures prises pour lutter contre le changement climatique peuvent parfois aboutir à des suppressions d’emploi à court terme, elle assure que leur impact négatif peut être réduit grâce à des politiques appropriées.
Enfin, en guise de conclusion,  le rapport invite les pays à prendre des mesures d’urgence pour former les travailleurs aux compétences exigées par la mutation écologique de l’économie.
En outre, il demande aux gouvernements de leur « fournir la protection sociale qui facilitera leur transition vers de nouveaux emplois, contribuera à la prévention de la pauvreté et réduira la vulnérabilité des ménages et des communautés », souligne l’OIT sur son site Internet officiel.

Alain Bouithy
Vendredi 18 Mai 2018

Lu 650 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés