L'économie mondiale n'est pas au bout de ses peines


Libé
Samedi 6 Janvier 2024

L'économie mondiale n'est pas au bout de ses peines
L'économie mondiale nous a réservé bien des surprises en 2023. Malgré la forte hausse des taux d'intérêt, les Etats-Unis ont réussi à éviter une récession et les principaux marchés émergents n'ont pas sombré dans une crise de la dette. Même l'économie gériatrique du Japon a montré une vitalité étonnante. En revanche, l'Union européenne a pris du retard, alors que son moteur de croissance allemand s'est effondré après la fin brutale de quatre décennies d'hyper-croissance en Chine.
 
En ce qui concerne l'année 2024, plusieurs questions se posent. Qu'adviendra-t-il des taux d'intérêt à long terme indexés sur l'inflation? La Chine peut-elle éviter un ralentissement plus dramatique, compte tenu de la tourmente dans son secteur immobilier et des niveaux élevés de la dette publique locale? Ayant maintenu des taux d'intérêt proches de zéro pendant deux décennies, la Banque du Japon (BOJ) peut-elle normaliser ses taux sans déclencher des crises financières et de la dette systémiques? Les effets différés de la hausse des taux d'intérêt de la Réserve fédérale pousseront-ils finalement les Etats-Unis dans une récession? Les marchés émergents peuvent-ils maintenir la stabilité durant une année supplémentaire? Enfin, quelle sera la prochaine source majeure d'instabilité géopolitique? Allons-nous avoir un blocus chinois de Taïwan, l'ancien président Donald Trump va-t-il remporter l’élection présidentielle américaine de novembre, ou bien allons-nous assister à un événement imprévu ?

Les réponses à ces questions sont interconnectées. Une récession aux Etats-Unis pourrait conduire à une baisse significative des taux d'intérêt mondiaux, mais cela pourrait ne fournir qu'un répit temporaire. Après tout, plusieurs facteurs, dont des niveaux d'endettement extraordinairement élevés, une démondialisation rampante, la montée du populisme, la nécessité d'augmenter les dépenses de défense et la transition verte, maintiendront probablement les taux à long terme bien au-dessus des niveaux ultra-bas de 2012-21 pour la prochaine décennie.

Dans le même temps, les efforts importants des dirigeants chinois pour rétablir une croissance économique annuelle de 5% font face à plusieurs défis redoutables. Tout d'abord, il est difficile de voir comment les entreprises technologiques chinoises peuvent rester compétitives alors que le gouvernement continue d'étouffer l'entrepreneuriat. En outre, le ratio dette/PIB de la Chine, qui a grimpé à 83% en 2023, contre 40% en 2014, limite la capacité du gouvernement à fournir des plans de sauvetage à durée indéterminée.

Etant donné que le soutien du gouvernement est crucial pour faire face à la dette élevée des gouvernements locaux et au surendettement du secteur immobilier, le plan émergent de la Chine semble consister à répartir la charge. Cela implique d'allouer des fonds nationaux aux provinces, puis d'obliger les banques à accorder des prêts aux entreprises insolvables à des taux d'intérêt inférieurs à ceux du marché, et enfin, à limiter les nouveaux emprunts des administrations locales. Mais il sera difficile de maintenir l'économie chinoise à plein régime tout en imposant simultanément des restrictions sur les nouveaux prêts.

Bien que la Chine se détourne déjà de l'immobilier vers l'énergie verte et les véhicules électriques (au grand dam des constructeurs automobiles allemands et japonais), l'immobilier et les infrastructures représentent encore plus de 30% du PIB chinois, comme Yuanchen Yang et moi-même l'avons récemment montré, ce qui souligne l'impact direct et indirect de ces secteurs.

Alors que le Japon a maintenu une croissance économique vigoureuse au cours de l'année écoulée, le Fonds monétaire international s'attend à ce que son économie ralentisse en 2024. Mais la capacité du Japon à parvenir à un atterrissage en douceur dépend en grande partie de la manière dont la BOJ gère la transition inévitable mais risquée qui s'éloigne de sa politique de taux d'intérêt ultra-bas.

Etant donné que le yen est resté inférieur de presque 40% au dollar depuis début 2021, même si l'inflation américaine a connu une brusque hausse, la BOJ ne peut se permettre de retarder ce changement plus longtemps. Alors que les décideurs japonais peuvent préférer rester les bras croisés et espérer qu'une baisse des taux d'intérêt mondiaux stimulera le yen et résoudra leurs problèmes, ce n'est pas une stratégie durable à long terme.

Il est plus probable que la BOJ devra augmenter les taux d'intérêt, ou bien l'inflation dormante commencera à augmenter, exerçant ainsi une forte pression sur le système financier et sur le gouvernement japonais, qui maintient actuellement un ratio dette/PIB supérieur à 250 %. Bien que l'économie américaine, contrairement aux attentes de la plupart des analystes, n'ait pas sombré dans une récession en 2023, la probabilité d'une récession est encore probablement d'environ 30%, contre 15% les années normales.
Malgré les effets imprévisibles à long terme des fluctuations des taux d'intérêt, l'administration du président Joe Biden poursuit une politique budgétaire d'expansion. En pourcentage du PIB, le déficit est actuellement de 6% – ou de 7%, si l'on inclut le programme d'annulation des prêts étudiants de Biden – malgré l'économie fonctionnant au plein emploi.

Même un Congrès divisé est peu susceptible de réduire les dépenses de manière significative en une année électorale. L'inflation cumulée élevée des trois dernières années s'est traduite par un défaut de paiement de facto de 10% sur la dette publique – un événement ponctuel qui ne peut pas se répéter rapidement sans conséquences graves.
Au milieu d'une extraordinaire confluence de chocs économiques et politiques, les marchés émergents ont réussi à éviter une crise en 2023. Bien que cela soit dû en grande partie à l'adoption par les décideurs de stratégies macroéconomiques relativement orthodoxes, certains pays ont tiré parti de l'escalade des tensions géopolitiques.

L'Inde, par exemple, a tiré parti de la guerre en Ukraine pour obtenir des quantités massives de pétrole russe à taux réduit, tandis que la Turquie est devenue un canal clé pour le transport de marchandises européennes sanctionnées vers la Russie. Alors que les tensions géopolitiques montent en flèche et que les sondages suggèrent que Trump est actuellement le favori pour remporter l’élection présidentielle américaine, 2024 s'apprête à être une nouvelle année tumultueuse pour l'économie mondiale. Cela est particulièrement vrai pour les marchés émergents, mais ne soyez pas surpris si 2024 s'avère être une année difficile pour tout le monde.

Par Kenneth Rogoff
Professeur d'économie et de politiques publiques à l'Université Harvard et lauréat du prix Deutsche Bank d'économie financière 2011.


Lu 2901 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 27 Février 2024 - 13:00 Vers un commerce international numérisé

Mardi 6 Février 2024 - 14:00 Les intermédiaires de la transition verte











services