Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’eau potable de qualité, une denrée rare à Essaouira ?




L’eau potable de qualité, une denrée rare à Essaouira ?
“L’eau du robinet à Essaouira est d’un goût insupportable depuis plusieurs semaines. Nous n’en pouvons plus surtout avec les charges supplémentaires que nous assumons désormais au quotidien pour l’achat de l’eau minérale. Nous payons une eau (potable) qui est loin de l’être», s’est indigné un acteur associatif ayant pris part au sit-in organisé devant le siège de l’ONEE à Essaouira en guise de protestation contre la dégradation de la qualité de l’eau du robinet.
Associations, médias,et simples citoyens ont ainsi pris part à ce sit-in organisé à l’appel d’un ensemble d’associations scandalisées par le mutisme des autorités compétentes face à ce problème qui fait le malheur des habitants et visiteurs de Mogador depuis plusieurs semaines. Les protestataires ont appelé à une intervention urgente des services compétents pour résoudre ce problème qui met les ménages souiris sous de nouvelles pressions financières.
« Acheter de l’eau du robinet au rythme de 100 DH par semaine nous fera une nouvelle charge de 400 DH au minimum par mois pour une famille de quatre membres. Cela ne peut pas continuer ainsi, les gens payent actuellement presque le double de la facture mensuelle de l’ONEE rien que pour acheter une eau buvable. C’est vraiment scandaleux ! », s’est indigné un citoyen.
Face à cette montée de tension, l’ONEE a pris l’initiative de communiquer autour de ce problème avec des associations et des médias. Les responsables de l’office ont saisi l’occasion pour  rassurer les citoyens quant à la qualité de l’eau du robinet. Ils ont, par ailleurs, affirmé que le changement du goût de l’eau est dû à l’entame de l’exploitation des eaux superficielles du barrage Zerrar.
Aziz Loubanne, président de l’antenne locale de l’Association de protection du consommateur, a de son côté réclamé à l’ONEE des informations fiables et précises en vue d’apporter des réponses claires aux réclamations exprimées par les citoyens depuis juin dernier auprès du guichet du consommateur.
Comptant jusqu’ici sur les ressources hydriques des nappes phréatiques de Meskala et Aguerd, Essaouira consomme désormais les eaux traitées du barrage Zerrar construit à Sidi Jazouli. Ce changement implique forcément, à en croire les responsables de l’office, le changement du goût de l’eau du robinet malgré les efforts fournis par l’ONEE afin de maintenir la bonne qualité de  cette eau.

Abdelali Khallad
Mercredi 11 Septembre 2019

Lu 2839 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com