Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'eau en Afrique, enjeu et croissance durable


Le cas de Marrakech au centre d'une rencontre dans la cité ocre



“L'eau en Afrique, enjeu et croissance durable, cas de Marrakech" a été au centre d’un rencontre organisée, vendredi soir au musée Mohammed VI de la civilisation de l'eau au Maroc, à la cité ocre, à l’initiative de l’Association des ingénieurs de l’Ecole Mohammadia (AIEM). 
Cette rencontre a été une occasion pour partager les expériences et les expertises dans le domaine de la gestion des ressources en eau et d’étudier les moyens susceptibles de faire profiter les pays africains de l'expérience marocaine dans ce domaine, suite aux retombées bénéfiques des tournées que SM le Roi Mohammed Vl, a menées en Afrique et qui ont permis de renforcer d'avantage le partenariat Sud-Sud ainsi que la coopération modèle ouverte sur l'avenir bâti par le Maroc avec les pays du continent africain dans différents secteurs économiques.
Les ressources en eau constituent un vecteur important de développement socioéconomique au Maroc et en Afrique, a souligné Abdellatif Mousannif, expert international en ressources en eau et équipements hydrauliques et ingénieur en hydrogéologie et génie minéral, ajoutant que le continent dispose de grandes potentialités hydriques.
Mettant en avant l'expérience réussie du Maroc dans le domaine de la gestion des ressources en eau, Mousannif a appelé à faire bénéficier les pays africains de cette expérience  qui s’inscrit dans le cadre de la coopération Sud-Sud, en vue  de contribuer à la mise en valeur des ressources en eau dans ces pays, en particulier ceux qui souffrent d'une pénurie en eau.
De son côté, l’ex-directeur régional de l’Office national de l’eau potable (ONEP) à Marrakech, José Garcia, a présenté un aperçu sur l'historique de l'alimentation en eau potable de la cité ocre, particulièrement le système traditionnel "les Khettaras", relevant que ce système   constitue une technique de drainage des eaux souterraines, dont l’usage au Maroc remonte au début du 11-ème siècle. Et d’ajouter que ce dispositif a permis de favoriser un approvisionnement durable en eau et un développement de l’activité agricole de la population locale.
Garcia a, en outre, indiqué que ce savoir-faire traditionnel a eu un impact favorable sur la vie économique, sociale et culturelle de plusieurs régions du Maroc, notant que cette technique continue de jouer un rôle de grande importance dans la mobilisation des eaux dans certaines régions du Royaume. Cette réunion a connu la participation de plusieurs experts, académiciens et responsables dans le domaine de la gestion de l’eau au Maroc et en Afrique. 

Libé
Lundi 22 Mai 2017

Lu 721 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés