Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’ange des réfugiés, Nawal Soufi ou “Mama Nawal”




L’ange des réfugiés, Nawal Soufi ou “Mama Nawal”
La Sicilienne d’origine marocaine Nawal Soufi est née au Maroc mais est arrivée à l'âge de trois semaines à Catane, au pied de l'Etna. Depuis, bien de l’eau a coulé sous les ponts puisqu’elle a remporté le Prix de «Hope makers» ou «créateurs d’espoir» pour son engagement en faveur des réfugiés syriens en Europe. La main sur le cœur depuis l’adolescence, Nawal a contribué à sauver la vie de quelque 2.000.000 de migrants.
Tout avait commencé un matin d’été de 2013. C’était un appel désespéré d’un bateau naufragé transportant des centaines de Syriens perdus dans la Méditerranée. Elle n’avait alors que 14 ans.  Mais elle n’a pas hésité à répondre au SOS. Prise au dépourvu, elle a appelé les gardes-côtes italiens, qui lui ont aussitôt expliqué comment aider les migrants à trouver leurs coordonnées GPS sur leur téléphone satellitaire afin d'orienter les secours. Elle ne respira qu’après que tout le monde fut sain et sauf. Depuis, ce scénario s’est répété des centaines de fois.
"Un appel peut arriver à n'importe quelle heure. Des migrants en mer, qui hurlent +nous sommes 500 personnes à bord, il n'y a plus d'eau, nous sommes en mer depuis 10 jours...+", raconte à l'AFP la jeune femme dont le singulier destin fait l'objet d'un livre "Nawal, l'ange des réfugiés", paru la semaine dernière en Italie.
Aujourd’hui, à 29 ans seulement, Nawal Soufi est devenue une figure d’exception dans l’assistance sociale aux immigrés naufragés en Italie. Son téléphone allumé 24h/24, tous les immigrés ayant fui la guerre dans leur pays, les Syriens notamment, peuvent l’appeler à l’aide de jour comme de nuit sans qu’elle ne manque de répondre. Passionnée par l’action sociale et surtout animée par l’amour de l’autre, la jeune femme leur consacre son temps, son énergie, et même son argent. Son engagement est salué au-delà des frontières italiennes. C’est avec grand cœur que cette créatrice d’espoir a déclaré aux médias qu’elle comptait poursuivre son engagement, qui remonte à une dizaine d’années, pour sauver la vie des enfants, des femmes et des personnes âgées qui fuient les guerres et la misère dans leurs pays et qui affrontent la mort à chaque instant.

Nihal Agrouane stagiaire Avec agences
Mercredi 24 Mai 2017

Lu 1040 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés