Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’activité portuaire maintient son trend haussier




L’activité portuaire maintient son trend haussier
Au terme des quatre premiers mois de l’année 2020, le trafic transitant par les ports gérés par l’Agence nationale des ports (ANP) a progressé de 6,9% par rapport à la même période de l’année 2019. Il a atteint un volume global de 31,3 millions de tonnes contre 29,2 millions de tonnes pour la même période de l’année précédente. 
Selon l’ANP, « au titre du seul mois d’avril 2020, l’activité portuaire a maintenu son trend haussier avec une progression de 4,9% par rapport au même mois de l’année écoulée, en se chiffrant à 7,8 millions de tonnes ».
Concernant le trafic par nature de flux, il apparaît que les quatre premiers mois de l’année ont été marqués par un accroissement de 6,3% des importations avec un volume de 19,4 MT. 
« Cette variation s’explique notamment par la hausse des importations des céréales (+38%), du charbon (+7,1%) et des aliments de bétails (+46,1%) », a indiqué l’autorité de régulation du système portuaire marocain dans une note de synthèse sur l’activité portuaire du mois d’avril dernier.
Dans sa note, l’ANP fait aussi état de la progression de 8,4% des exportations (correspondant à un trafic global d’environ 10,8 MT) attribuée particulièrement au fort rebond du trafic des engrais (+63%) et du phosphate brut (+6,8%) ; ainsi que de la hausse de « 1,6% du volume du cabotage, avec un trafic de 1 MT, induite essentiellement par l’augmentation du trafic des hydrocarbures (+14,6%) ».
S’agissant de la répartition du trafic par port, il ressort des mêmes chiffres que « les ports de Casablanca, Mohammedia et Jorf Lasfar ont assuré le transit de 24,8 millions de tonnes. Ce qui représente environ 80,1% du trafic des ports gérés par l’ANP », a souligné l’Agence.
Analysant l’évolution du trafic au niveau du port de Casablanca, l’ANP a noté une progression de l’ordre de 6% à fin avril, soit près de 10,4 MT, induite essentiellement par le fort rebond des importations des céréales (+23,5%), des aliments de bétails (+32,3%) et du trafic conteneurisé (+3,9%). Ce qui représente environ 33,7% du trafic global.
Avec une croissance de 13%, due principalement aux exportations des engrais (+60,2%), des importations des céréales (+52,5%) et de l’ammoniac (+30,1%), le  port de Jorf Lasfar a enregistré 12,7 millions de tonnes à fin avril, confirmant ainsi sa première place avec une quote-part de 41% du trafic global.
Autre évolution positive relevée durant la même période, celle du port d’Agadir qui, « avec un volume de 2,2 millions de tonnes, a connu une hausse de 9%, induite essentiellement par l’augmentation des importations des céréales (+37,5%), des aliments de bétails (+66,1%) et du trafic du clinker (+22%) ». 
Quant aux activités des ports de Safi, Nador et de Laâyoune, elles ont enregistré une régression au terme de ces quatre mois affichant respectivement un recul de 13,6% correspondant à un volume de 2 millions de tonnes, 3,3% (environ 1,2 million de tonnes) et 15,2% (545.569 tonnes).
En ce qui concerne le port de Safi, l’ANP a attribué cette variation notamment « au recul des importations du soufre (-10,7%), du charbon (-49%) et des exportations de l’acide phosphorique (-11%) et du gypse (-19,3%) ». 
Du côté du port de Nador, l’agence explique la régression du trafic par le repli des exportations de la barytine (-59,1%), des importations du charbon et coke (-12,3%) et du trafic des hydrocarbures (-14,6%).
Quant au port de Laâyoune, la variation de son trafic proviendrait « de la baisse du trafic des phosphates (-13%), des hydrocarbures (-12%), du sable (-15,6%) et du clinker (-63,2%) », a expliqué l’ANP.
Dans sa note, l’Agence a également noté une légère amélioration de 1,5% de l’activité des conteneurs dans les ports relevant de sa juridiction durant les quatre premiers mois de l’année 2020 et qui s’est chiffrée à 450.973 EVP.
Il est à souligner qu’en tonnage, cette activité a été marquée par une augmentation de 1,6% à fin avril 2020, avec un volume d’environ 4,4 millions de tonnes.
Par nature de flux, il apparaît que « les exportations ont enregistré une hausse de 6,6%, avec un volume d’environ 197.020 EVP ; les conteneurs vides à l’export ont affiché un volume de 126.610 EVP, représentant ainsi 64 % du trafic global des conteneurs à l’export ; les importations ont atteint 187.855 EVP, en baisse de 1,1% par rapport aux quatre premiers mois de l’année 2019 ; l’activité cabotage a connu une baisse de 4,7%, en se chiffrant à 66.098 EVP », a-t-elle fait savoir.
Pour mieux apprécier l’évolution globale des activités des ports gérés par l’ANP, soulignons également qu’au terme des quatre premiers mois de l’année, les importations des céréales se sont chiffrées à 3,5 millions de tonnes (+38%) ; le trafic des phosphates et dérivés a atteint un volume d’environ 11,4 millions de tonnes (+ 14,2%) ; alors que le trafic global des hydrocarbures a atteint 3,3 millions de tonnes (-5,3%). 
Quant au trafic TIR, autre élément de cette évolution, il ressort qu’« il a atteint un volume de 5.887 unités, enregistrant ainsi une hausse de 17% par rapport à fin avril 2019 », a conclu l’Agence précisant que le port de Nador a assuré, à lui seul, 5.848 unités. Ce qui représente 99,3% du trafic global TIR. 

Alain Bouithy
Samedi 16 Mai 2020

Lu 1312 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.