Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’activité portuaire affiche sa résilience au terme de l’ année 2020



Hausse de 5,1% du trafic transitant par les ports gérés par l’ANP



L’activité portuaire continue de faire preuve de résilience face à la crise provoquée par la pandémie de coronavirus (Covid-19), selon les derniers chiffres du secteur publiés par l’Agence nationale des ports (ANP). En effet, au terme de l’année 2020, le trafic transitant par les ports gérés par l’ANP a atteint un volume global de 92,5 millions de tonnes, correspondant à une hausse de 5,1% par rapport à l’année 2019. Ces chiffres témoignent du dynamisme du secteur portuaire au Maroc et rejoignent les propos de la directrice générale de l’ANP, Nadia Laraki, qui confiait récemment à la MAP : «Les ports nationaux ont fait preuve, face à cette crise, d’une grande agilité et d’une forte capacité d’adaptation. Les places portuaires nationales ont réussi ce défi, en assumant pleinement leur rôle de plateformes au service de l’économie nationale». Dans un entretien accordé en janvier dernier à l’agence de presse, la DG rappelait également que «les ports étaient le seul point frontalier qui est resté en activité après la fermeture des aéroports et des frontières terrestres pendant la période de confinement». En détail, et par nature de flux, les évolutions enregistrées au terme de l’année écoulée font ressortir une hausse de 4,4% des importations avec un volume de 56,1 MT due notamment à la hausse des importations des céréales (+34,4%), du sucre (+8,9%), des aliments de bétails (+3,4%), du charbon (+3,1%), de l’ammoniac (17,5%), de l’acide sulfurique (+29,6%) et du soufre (+8,8%). Dans une note de synthèse publiée récemment, le régulateur portuaire fait en outre état d’«une progression de 7,6% des exportations, soit un trafic global de 33,5 MT, due particulièrement au fort rebond du trafic des engrais (+34,4%)». Avec un trafic de 2,9 MT, les volumes du cabotage ont accusé un recul de 7,2% induit essentiellement par la baisse du trafic des hydrocarbures (-12,6%) notamment le gasoil au port de Mohammedia (-41,5%). Soulignons que la répartition du trafic par port montre que les ports de Mohammedia, Casablanca et Jorf Lasfar ont assuré le transit de 71,9 millions de tonnes. Ce qui représente environ 77,7% du trafic des ports gérés par l’Agence portuaire, a-t-on relevé dans cette même note. D’après les données recueillies, au terme de l’année 2020, le trafic transitant par le port de Jorf Lasfar a atteint 37,1 millions de tonnes, correspondant à une hausse de 4,5%, suite principalement au fort rebond des exportations des engrais (+36,1%), des importations des céréales (+28,2%), du soufre (+12,1%), de l’acide sulfurique (+31,4%) et de l’ammoniac (+17,5%). Avec une quote-part de 40,1% du trafic global, ce port confirme sa première place. Le port de Casablanca a, de son côté, capté environ 32,8% du trafic global, enregistrant un transit en hausse modérée de 0,6% à 30,3 MT en 2020, en raison d’une part à l’augmentation des importations des céréales (+25,9%), du sucre (+8,9%) et d’autre part à la baisse des importations des conteneurs (- 6,8%) et des exportations du sel (- 78%). Quant au port de Mohammedia, il a atteint un volume de 4,5 MT, ce qui s’est traduit par une régression de 13,4% par rapport à l’année 2019 due principalement à la baisse du trafic du gasoil de 20,6%. A noter qu’avec un volume d’environ 3,2 millions de tonnes à fin 2020, l’activité du port de Nador a connu une baisse de 1,9%, qui «s’explique d’une part par le recul des exportations de la barytine (-62,2%) et d’autre part par la hausse des importations des céréales (+156,1%)», a souligné l’ANP. Quant à ceux de Safi et d’Agadir, autres ports gérés par l’ANP, ils ont enregistré respectivement 8,8 MT (+38%) et 6 MT (+ 18,2%). Tandis que le trafic transitant par le port de Laâyoune a atteint 1,9 million de tonnes, soit environ le même volume enregistré en 2019. Fortement impactée par les effets de la crise sanitaire mondiale, l’activité des conteneurs transitant par les ports gérés par l’ANP a atteint environ 1.239.489 EVP durant l’année 2020, correspondant à une baisse de 2,9%. Dans sa note de synthèse de l’ANP, il ressort qu’en tonnage, le trafic des conteneurs a marqué aussi une baisse de 2,5%, après avoir enregistré un volume de 12,1 millions de tonnes. Parallèlement, «les importations des céréales se sont chiffrées à 9,4 millions de tonnes, soit un record jamais atteint. Par rapport à l’année 2019, ce trafic a marqué une forte progression de 34,4%», a fait savoir le régulateur. Pour sa part, le trafic des phosphates et dérivés a enregistré une hausse de 13,8% pour un volume d’environ 36,6 millions de tonnes, alors que celui des hydrocarbures a accusé une baisse de 11,7% à 9,3 millions de tonnes. Si le trafic TIR s’est amélioré de 14,1% par rapport à l’année précédente atteignant un volume de 19.087 unités, le trafic des passagers transitant par les ports relevant de l’Agence et l’activité des croisières ont enregistré de fortes baisses. Le premier a atteint 302.332 passagers, affichant une forte baisse de 87,1% par rapport à l’année 2019, tandis que le deuxième a reculé de 86% avec un total de 27.339 croisiéristes, contre 194.605 croisiéristes en 2019. 

Alain Bouithy
Mardi 2 Février 2021

Lu 313 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.