Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’acteur politique, les professionnels du tourisme et l’acteur associatif

Rôles et responsabilités pour développer le secteur touristique dans la région de Guelmim-Oued Noun




Nul besoin de dire que l’activité touristique dans la région de Guelmim-Oued Noun représente un pilier fondamental de l’économie de cette région. Ses potentialités humaines et naturelles, ses atouts et son attractivité au niveau de l’investissement touristique sont des éléments qui permettent un décollage touristique dans ce territoire.
L’analyse des éléments de développement touristique de cette région nécessite la définition des responsabilités de chaque acteur : l’acteur politique en premier lieu, les professionnels du tourisme et  l’acteur associatif  en tant que force  de proposition.
L’acteur politique
Son rôle est déterminant pour élaborer une stratégie touristique régionale. Trois ans après les élections collectives et régionales de 2015, nous avons la légitimité d’interpeller les responsables politiques qui gèrent la chose publique : quelle place accordez-vous au secteur touristique dans vos stratégies sectorielles, régionales et provinciales ? Qu’est-ce que vous avez prévu pour les cinq ans de responsabilité ? Et qu’est-ce que vous avez réalisé dans ce sens? Trois questions principales qui nécessitent des réponses claires et objectives pour évaluer les réalisations. L’élu porte une grande  part de responsabilité en ce qui concerne la conception et la réalisation des projets dans le secteur touristique, à travers bien évidemment des programmes qui contribuent au développement du tourisme dans la région. Aujourd’hui, les élus se trouvent dans l’obligation de  dépasser leurs approches traditionnelles d’œuvrer à donner au secteur touristique la place qu’il mérite en se focalisant sur la commercialisation de la région (à l’échelle nationale voire internationale) comme destination, les partenariats avec les autres intervenants et la mise en place de politiques efficaces pour attirer des investisseurs.
Les professionnels du tourisme  
On vise dans un premier temps  les départements responsables du secteur touristique dans la région, notamment le Conseil régional du tourisme (CRT), le Centre régional d’investissement (CRI) et la délégation du tourisme. Ils doivent faciliter les processus de financement, établir des études détaillées  et développer leurs moyens de promotion pour présenter un produit touristique régional équilibré. Pour ne pas dire qu’ils sont en état de stagnation, leurs responsabilités sont grandes surtout dans un contexte qui connaît des  mutations rapides qui exigent la diversification de l’offre touristique régionale à travers des  plans de développement régional ambitieux et tracer une feuille de route qui pourra rendre cette région une destination touristique de qualité.
Par ailleurs, on parle de différents organismes privés chargés d’offrir des prestations touristiques (maisons d’hôtes, hôtels, gites…). Leurs responsabilités consistent précisément à respecter  les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) et intégrer la notion de durabilité dans leurs projets touristiques, en vue de mieux répondre aux attentes des visiteurs. Il est donc nécessaire de collaborer, amorcer une complémentarité et insuffler une dynamique touristique dans la région tout en respectant les règles de la concurrence.   
L’acteur associatif
On parle des associations locales et régionales qui sont actives dans le domaine touristique. Ces associations ont  un rôle limité puisque  leur travail est en grande partie axé sur l’organisation des activités à caractère social et parfois  environnemental. Nous voulons un acteur associatif spécialisé qui contribue à l’élaboration des projets, fournit des études  pour promouvoir le secteur et faire avancer le développement du tourisme dans cette région.
Nous confirmons que les élus assument l’entière responsabilité de tout retard ou échec de la stratégie touristique régionale. Ils sont appelés à dépasser leurs approches traditionnelles en ce qui concerne la conception et la mise en place de visions à court et moyen termes pour l’avenir du secteur touristique de la région à travers un diagnostic global. Celui-ci prend en compte les potentialités touristiques de la région  et la multiplicité des points d’attraction (oasis, montagnes, sources thermales…). Les délégations régionales du ministère de tutelle sont aussi  mises en question sans oublier bien sur l’acteur associatif qui est implicitement responsable.

Mardi 22 Mai 2018

Lu 669 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés